Précédent  ( 119 sur 145 ) Suivant

Grande image (100_ id=101)

Pages Annexes

Air France Journal Édition Spéciale
Exposition Internationale Paris 1937

AIR FRANCE a été créée en 1933 par la volonté d'un ministre particulièrement clairvoyant et énergique.

Elle résulte de la fusion des cinq compagnies qui, jusqu'alors, exploitaient le réseau français d'aviation commerciale. Chacune de ces compagnies, certes, s'acquittait pour le mieux de la tâche qui lui était confiée, mais le fait qu'elles étaient cinq entraînait une fâcheuse dispersion d'efforts.

La création de la grande Compagnie nationale Air France a donc permis la coordination du travail ; l'unité de vues dans l'action et l'adoption d'une politique cohérente et continue d'aviation commerciale.

Les équipages des avions français, aussi bien que le personnel à terre, sont parmi les premiers du monde. Ils ont montré dès le début de l'aviation, les qualités de sang-froid, d'habileté, de résistance physique et de courage allant jusqu'au sacrifice. Ils ont acquis, en outre, maintenant que l'avion est devenu un moyen de transport régulier, les qualités de réflexion, de méthode, des connaissances techniques et scientifiques qui en font de véritables commandants de navires.

Le matériel français, qui occupe déjà une place des plus honorables, s'améliore de jour en jour. Certains appareils qui entrent ou sont près d'entrer en service sont parmi les meilleurs. Le réseau desservi par Air France embrasse quatre continents, trente-sept nations différentes et près de cent villes. Chaque jour, plus de cinquante avions tiennent l'air et, si l'on met bout-à-bout leur trajet, on arrive à un total de kilomètres voisin du tour de la terre à l'équateur.

Air France possède la ligne la plus longue du monde, près de 30.000 kilomètres. Elle va de Santiago du Chili à Marseille, en passant par Dakar, pour repartir par la Syrie et les Indes jusqu'a Hanoi, aux confins de la Chine.

Le trafic d'Air France augmente sans cesse. Les statistiques mensuelles de 1937 laissent prévoir que ses lignes auront transporté pendant l'année plus de 100.000 passagers. Le poids de poste et de fret, qui était, pour 1936, respectivement de 334.896 kg et 1.016.894 kg., subira, étant donné les premiers chiffres relevés, la même courbe ascendante. Encore ces chiffres ne donnent-Ils qu'une idée imparfaite de son activité car beaucoup de ces lignes sont très longues (ligne d'Orient, ligne d'Amérique du Sud), et le nombre de passagers, le poids de fret et de poste transporté sur d'aussi longs parcours représentent un effort d'exploitation infiniment plus significatif que sur tel ou tel service du réseau continental.

Malheureusement, et il convient de le dire, parmi les passagers transportés par Air France, un faible pourcentage est français. Il est inadmissible que nos compatriotes, venus les premiers à l'aviation, n'utilisent pas mieux les ressources que met à leur portée ce merveilleux moyen de transport qui est l'aviation commerciale. Il faut aussi, et cet argument renforce le premier, que l'avion soit mis à la portée des bourses moyennes ; Air France s'y emploie et s'y emploiera de son mieux, en plein accord avec la Direction de l'Aéronautique civile du ministère de l'Air.

Mais, en attendant que la technique permette des abaissements massifs des tarifs en vigueur, chaque Français doit avoir au moins reçu le baptême de l'air, cette consécration de l'homme moderne. Air France va incessamment disposer d'appareils gros porteurs, ce qui permettra, avec l'agrément des autorités, d'intensifier son initiative aéronautique.

AIR FRANCE


DIRECTION GÉNÉRALE
ET
DIRECTION COMMERCIALE
2, RUE MARBEUF, PAR1S (8e)
TÉL. ÉLYSÉES 38.95 ET 20-60
ADR. TEL : AIRFRANS
PARIS (R.C. SEINE 258-468 B)
SERVICE DES PASSAGERS
AGENCE PRINCIPALE : 2, RUE SCRIBE (OPÉ 41-00)
ADRESSE TÉLÉGR : AIRFRANS-PARIS
SERVICE DU FRET : 9, R. BOUDREAU
(OPÉRA 41-00)
 
ADRESSE TÉLÉGR : AIRFRANSAG

Sur un réseau de 40.000 km à travers quatre continents l'avion n'est plus un moyen de transport exceptionnellement réservé à une clientèle de luxe.

La devise d'AIR France : « AU SERVICE DU PUBLIC »

L'aviation commerciale, dernière venue des grands moyens de transport, apparaîtra sans doute dans l'avenir comme le principal apport que le XXe siècle ait fait au progrès humain. Dès aujourd'hui, tous les hommes modernes, toute la jeunesse se tournent vers elle. Depuis deux ans, le trafic passagers s'est accru, sur les lignes d'Air France, de 33 % ; le trafic postal s'est accru de 52 %. Et la courbe ascendante continue. Le nombre des passagers transportés dans les trois premiers mois est en augmentation de 30 % sur la période correspondante de 1936, et le poids de poste de 20 %.

À voir les progrès foudroyants que la navigation aérienne fait en quelques années, un public de plus en plus étendu se met à attendre d'elle des facilités de plus en plus nombreuses jusqu'au jour où, en permettant de sillonner le monde en quelques heures ou quelques brèves journées, il aura pratiquement aboli les distances...

Air France, compagnie nationale française chargée par le Gouvernement d'exploiter le réseau français international, s'est donnée comme tâche de reconnaître la confiance que les usagers de l'aviation mettaient en elle et de répondre à l'attente de l'immense public qui se tourne vers les transports aériens.

Après quatre ans d'existence, il est facile de mesurer le chemin parcouru.

Qu'a fait Air France depuis quatre ans ! Comment a-t-elle mis au service du public la maîtrise de ses pilotes, la science de ses ingénieurs, l'expérience de ses commerçants, le dévouement et l'incessante activité de tout son personnel ?

Air France s'est employée et s'emploie à tirer le maximum d'utilité pour le public de ce que permet la technique aéronautique sur les lignes qu'elle exploite.

Voir la suite page 2.

LA PLUS BELLE GARE AÉRIENNE DU MONDE

De l'aérogare du Bourget, cinquante avions français partent chaque jour survoler le monde

On achève actuellement au Bourget la construction de la nouvelle aérogare.

Le petit bâtiment qui datait de 1920 et qui a servi d'aérogare jusqu'ici n'occupait que 200 mètres carrés. La nouvelle aérogare en occupe 9.200.

Ces deux chiffres, mieux que tout commentaire, indiquent l'énorme bond accompli par la locomotion aérienne en moins de 20 ans.

Le rôle de l'aérogare est multiple. C'est d'abord le siège du commandant de l'aéroport civil du Bourget dont dépendent la discipline et la sécurité de tous les avions de transport. français ou étrangers, qui atterrissent et qui repartent de jour et de nuit.

C'est là que sont centralisés toutes les informations météorologiques et les renseignements de trafic. Tenu au courant par la télégraphie sans fil des mouvements aériens a destination ou en provenance du Bourget, le commandant du port est ainsi à même do diriger le trafic, de le régulariser et de :enseigner tous ceux qui doivent être tenus au courant.

Dans l'aérogare sont également installés les bureaux des Compagnies aériennes chargées de recevoir tant a l'arrivée qu'au départ les passagers et le fret.

Paris est un aéroport douanier : des avions partis quelques heures auparavant de tous les pays étrangers atterrissent directement au Bourget et l'aérogare abrite un important service de Douane.

C'est le propre de la locomotion aérienne d'amener, au cœur même du pays, des passagers et du fret étrangers qui, par les autres moyens de transport, étaient jusqu'ici examinés aux frontières. Pour la même raison, la Police et l'Inspection des passeports sont installées à l'aérogare, à côté de la Douane.

Un des principaux problèmes de l'aérogare consistait à organiser en son sein les Services de douane et de police, de façon que les vérifications puissent être faites dans le temps le plus court avec pourtant toute la rigueur et la ponctualité désirables.

L'aérogare abrite encore un important bureau postal. La poste aérienne prend, de jour en jour, un tel développement, que le bureau postal de l'aérogare représente, à lui seul, un cinquième de la surface du bâtiment.

Enfin, on a installé dans l'aérogare, pour les passagers et les nombreux usagers de l'aérogare, un hôtel, un restaurant et un bar.

L'aérogare, dont l'architecte est M. Georges Labro, Grand prix de Rome, et qui est construite sous le contrôle de M. Cor, ingénieur des Ponts et Chaussées au ministère de l'Air, est un élégant bâtiment de 230 m. de long et d'environ 40 m. de profondeur.

Il est constitué par un grand hall destiné à recevoir les passagers, tant à l'arrivée qu'au départ, ainsi que les personnes qui les accompagnent ou qui viennent les attendre. Ce hall est analogue à la salle des Pas Perdus des grandes gares parisiennes dont il a approximativement les dimensions.

Voir la suite page 3

POURQUOI JE VOYAGE EN AVION ?

- Pourquoi voyagez-vous en avion

Telle est la question que nous sommes allés poser, dans son appartement d'une calme avenue de Neuilly, au grand savant Louis Lumière.

- Pourquoi je voyage en avion ?.. Sachez que je n'aime pas les interviews ; on me fait dire tant de choses ! Mais Air France !... D'abord, je prends l'avion parce que c'est le progrès et l'avenir, ensuite parce que c'est le moyen le plus pratique pour arriver rapidement à destination et parce que, pour le vieux néphrétique que je suis, c'est le mode de locomotion le plus agréable et le moins nocif. Et j'ai grand plaisir à exprimer au personnel d'Air France mes vives félicitations pour son extrême affabilité.

LES INCROYABLES PROGRÈS DE L'AVIATION COMMERCIALE

En 1919, le premier Paris-Londres et retour avec passagers fut effectué par Lucien Bossoutrot, qui lut de ce fait le premier pilote de ligne commerciale

- Allo ! allô ! Ici. Le Petit Journal ! Aujourd'hui Lucien Bossoutrot est parti pour Londres sur un avion Goliath. Il a quinze passagers... Oui, quinze passagers. Huit et sept c'est bien cela. Il nous faut un article de deux colonnes pour la première page. Débrouillez-vous.

C'était le 8 février 1919.

Le lendemain, nouveau coup de téléphone :

- Allô ! Lucien Bossoutrot est reparti de Londres et on l'attend à Paris. Allez à l'atterrissage. Interrogez le pilote et autant de passagers que vous pourrez. Du pittoresque, de la couleur, des anecdotes, c'est très Important. Il faut que ça vibre !

- Combien de lignes ?

- Le plus que vous pourrez. Deux ou trois colonnes à la une !

- Encore ? Mais ce sera le même récit que ce matin en sens inverse.

- Peu importe. Arrangez-vous !

C'était le 9 février 1919.

Je fis les deux articles demandés. Le grand virtuose d'avant-guerre, Maurice Chevilliard, qui était l'un des heureux voyageurs invités me raconta les délices d'une belote qui me permirent de tirer, de cette partie au-dessus de la Manche, une bonne demi-colonne.

Ainsi naquit l'aviation commerciale.

Aujourd'hui, nous sommes à deux cents traversées de l'Atlantique sud, nos équipages sillonnent le monde avec une régularité, une sécurité parfaites : nul n'en parle plus dans les journaux. À quoi bon, puisque tout le monde le sait ?

Dix-huit années se sont écoulées et le phénoménal appartient au normal, l'exception est devenue la règle.

Admirons le présent, mais n'oublions pas le passé.

Imagine-t-on les efforts fournis pour atteindre la perfection actuelle ?

Au début, lorsqu'on s'aperçut qu'un nouveau « placement » allait permettre d'employer l'aviation, ce fut la ruée. En 1920, douze sociétés de transport commercial par avion fonctionnaient. Dire qu'elles fonctionnaient bien, serait exagéré. Il tallait disposer d'importantes réserves pour résister. Car si le personnel et le matériel étalent importants, l'usager était rare. En 1920, le réseau se traduisait par 5.600 kilomètres pour lesquels avaient été engagés 72 pilotes et prévus 185 avions. Dans l'année. 850.000 kilomètres furent couverts et 15.661 kilos de courrier transportés.

Un peu d'arithmétique, voulez-vous ? Pourvu que je ne me trompe pas ! Ces chiffres prouvent que chaque avion vola environ 4.500 kilomètres, chaque pilote 11.800 kilomètres et que le chargement moyen fut de 85 kilos de lettres. Tel fut le bilan de la première année. Il fallait un certain courage pour persévérer. Les compagnies peu solides, constatant l'anéantissement de leurs espoirs, furent contraintes à une retraite précipitée.

Quant aux passagers, on ne les compte même pas pour cette première année.

En 1925, plus que cinq sociétés : le réseau avait presque doublé, 10.900 kilomètres, assuré par 87 pilotes et 210 appareils. Le kilométrage avait presque sextuplé (4.700.000 kilomètres) et on avait transporté 12.000 passagers, parmi lesquels moins de 600 français.

Car le Français fut long à se décider aussi bien pour son transport personnel que pour celui de son courrier. Le peuple qui inventa et donna son extension à l'aviation, qui fournit tant de héros magnifiques, qui, pendant la guerre, accomplit des prodiges dans l'espace, était craintif devant l'avion, moyen de locomotion. Il fallut vraiment beaucoup d'obstination, pour l'amener à essayer. Et là, le fameux slogan devint vite un axiome ; l'essayer, c'est l'adopter.

Six ans après, en 1931, les cinq compagnies ont tenu bon, si bien que le réseau a grandi comme un géant : il est passé de 10.900 à 38.000 kilomètres, les kilométrages ont triplé (46.000), et pourtant le personnel et le matériel ont à peine augmenté (100 pilotes au lieu de 87, 320 avions au lieu de 210).

Le progrès était considérable, mais les efforts étaient dispersés. Une nouvelle formule s'imposait. Elle fut l'oeuvre du ministre de l'Air, M. Pierre Cot qui, le 1er septembre 1933, créa Air France. Certains protestèrent au début, car il faut bien que les esprits chagrins et ignorants se manifestent en toute occasion, mais ils furent rapidement obligés de reconnaître que la compagnie unique était la seule conception susceptible de fournir le meilleur rendement, dans une amélioration constante.

La preuve ? Avec 82 appareils en service et 53 en réserve, Air France survole 4 continents, cinq mers, deux océans, 29 pays, dessert 87 villes. Pour ce travail considérable, elle n'emploie que 61 pilotes, 45 radio-navigants, 11 radio-mécaniciens, 37 mécaniciens navigants, 2 navigateurs. Le nombre de kilomètres parcourus n'a pas poursuivi sa progression, les cabines emportant beaucoup plus de monde : par exemple, en 1935, il a été même moins important qu'en 1931 (9.688.261 kilomètres au lieu de 10 millions et demi), mais les voyageurs sont passés de 46.000 à 68.985, le fret représente près d'un million et demi de kilos, les lettres près de 50 millions, sans un seul accident de passager.

Il y a un an, en deux jours, les 29 et 30 mai, au Bourget, on contrôla 168 avions, avec 1285 passagers, et 36 tonnes de fret et de courrier.... au lieu de 15.661 kilos pendant toute l'année 1920

Ce n'est pas en un jour que furent obtenus ces résultats. Il fallut une énergie, une conscience, un courage de tous les instants de la part de chacun des rouages. Chacun rivalisa, servant la cause comme une religion. Les apôtres, les martyrs furent nombreux. C'est grâce à ces précurseurs que nous possédons aujourd'hui un réseau incomparable qui fait l'admiration de tous les étrangers et qui prouve, une fois de plus, quels que soient les progrès d'autres pays, que la France a toujours été la première à oser.

Aux débuts de l'aviation commerciale qui furent si pittoresques, nous étions ceux que les autres nations observaient pour les imiter. Les survols des montagnes, des mers et de l'Atlantique furent considérés comme des témérités sans lendemain : ils s'effectuent chaque jour à l'heure précise.

L'héroïsme des équipages de ligne est l'un des plus purs et des moins connus. Maintenant, avec le matériel perfectionné, la radiogoniométrie, les planches de bord donnant tous les renseignements utiles, le pilotage sans visibilité,

.../...

Hâtez-vous de voyager

LA TERRE VOUS OFFRE

SES DERNIERS TRÉSORS

par Antoine de SAINT-EXUPÉRY

(Voir Page 2)


Précédent Haut Suivant


MÀJ : 20 juin 2017

Suivi des modificationsInformation
Historique des modifications du site

Les dix dernières modifications

Vilgénis  Photos 57e anniversaire promotion 60-63
Bibliothèque  Science & Vie Hors Série - Spécial Aviation 2017
Passion  Le Multiplex sur B747
Vilgénis  Photos repas Promotion 51-54 à Mennecy du 22 avril 2017
Vilgénis  Décès Jean-Louis Rattier, premier chef de centre.
Constellation  Photo F-BAZH avec « cuffs » sur les pieds de pales
Vilgénis  Mise à jour surnoms promotion 1975-1978 (Merci à Patrick Trésorier)
Crevette  Photo Hippocampe Ailé Savoia S62P en 1922
Vilgénis  Promotion 1949-4952 - Nouvelles photos (31 à 33)
Vilgénis  Au delà des bouchures (Chronique d'une vie) - Pierre Manigault « Mannix »


Cliquez pour les voir toutes avec les liens

À propos de ce site

Livre d'orInformation
Visualisation des messages laissés dans mon livre d'or. À l'aide d'un formulaire, vous pourrez, si vous le désirez, écrire un message.

Effectuée par freefind.com

Fichiers WampserverInformation
Dépôt secondaire Wampserver
Tous les fichiers d'installation de Wampserver
Tous les « addons »
- Apache - PHP - MySQL
- PhpMyAdmin
- Adminer
- PhpSysInfo
etc.

MétauxInformation
Métaux et alliages aéronautiques
L'acier et ses alliages,
l'aluminium et ses alliages (Alpax, Duralumin, Duralinox, Zicral,...),
le magnésium et ses alliages,
le titane et ses alliages.
Propriétés physiques et chimiques.
Traitements thermiques et chimiques. Etc.

Documents - FichiersInformation
Lecture de documents ou
Téléchargement de fichiers (pdf), regroupant les différents thèmes de ce site.

FAQ de fraInformation
La FAQ (Foire Aux Questions) du groupe de discussions fr.rec.aviation

ConcordeInformation
Concorde dans la presse entre 1965 et 2003

Plus de 700 documents
- des coupures de presse, la plupart patiemment récupérées et archivées par un agent Air France passionné de Concorde, Pierre Dumez, père d'un de mes anciens collègues,
- des extraits de revues internes Air France (Briefing, France Aviation, Point Fixe,...), avec l'aimable autorisation d'Air France
- un extrait de Lignes Aériennes, avec l'aimable autorisation de Jacques Darolles
- quelques photographies de matériel,
- des documents divers, comme la brochure du Comité de soutien Concorde d'avril 1974, aimablement communiquée par Francis SAINT PIERRE.
On peut y trouver l'historique en trois étapes, le premier vol, les essais au sol et en vol, les moteurs, la philatélie, la publicité technique et commerciale, le tragique accident du F-BTSC, les modifications, le redécollage et l'arrêt des vols.

Forum des Anciens de VilgénisInformation
Accès direct au forum des Anciens du CIV (Centre d'Intruction de Vilgénis) d'Air France.

ContactInformation
Formulaire à remplir pour vous permettre de m'envoyer vos commentaires, critiques et suggestions sur ce site.

Je suis Manchester
Je suis Paris