Dénommé « l'Université » par les anciens apprentis


Plaque sur grille d'entrée en 1960 - Clic pour grande taille

1945 - Une « Citoyenneté Air France » à inventer
Et c'est la formation qui allait grandement y concourir. Elle allait jouer le rôle de « melting pot » en fusionnant les énergies venues d'horizons multiples au bénéfice d'un objectif unique : imposer la Compagnie parmi les meilleures du monde. Les diverses écoles d'Air France agissaient comme autant de moules produisant des hommes et des femmes capables de travailler ensemble et selon les standards professionnels les plus élevés. En dépit de quelques animosités corporatistes entre des métiers très différents, une véritable culture d'entreprise a pu se forger, assez solide pour aider le navire à franchir les tempêtes économiques et sociales dont sa route allait être parsemée.

Portail Vilgénis en 1960 - Extrait photo Musée Air France



Château de Vilgénis vu du parc en 1961

Le château de Vilgénis vue du parc en 1961

En 1945, au sud de Paris, prés d'Igny, sur la commune de Massy, dans le château de Vilgénis (Histoire), Air France ouvre le centre de formation de techniciens aéronautiques. Air France souligne du même coup la fin d'une époque, celle des défricheurs courageux bien qu'un peu casse-cou, des pionniers souvent géniaux, des aventuriers plus ou moins heureux. Vilgénis, c'est le symbole d'un transport aérien qui devient un véritable métier.

C'est en 1947 que l'on situe le début des premières formations professionnelles initiales mises en œuvre par l'entreprise.

Vilgénis, c'est le symbole d'un transport aérien qui devient un véritable métier

L'heure est à la professionnalisation tous azimuts. Le Centre va donc abriter tout à la fois une école d'apprentissage pour mécaniciens capable d'accueillir chaque année 200 élèves, une école technique assurant la formation des nouveaux cadres et pilotes de ligne en même temps que le perfectionnement des anciens, et une unité de formation pour agents administratifs et commerciaux.

Les besoins sont immenses, car la guerre a laissé des traces profondes dans les effectifs, réduits à quelque 3000 personnes fin 1945. Entre ce moment et 1947, près de 8000 agents vont devoir être recrutés. En même temps, se met en place un vaste effort de promotion interne par des stages de formation continue. 400 agents suivent des cycles de perfectionnement en 1948, et dix fois plus en 1956. Peu à peu, le savoir distillé évolue de la technique pure à des matières plus générales comme les langues étrangères ou ce qu'on n'appelle pas encore le « management ». Ainsi, Air France sera-t-elle à même de puiser dans ses propres rangs la majeure partie de son encadrement, ce qui contribuera à donner sa cohésion à l'entreprise.


Salle de cours Toulouse 1943

Salle de cours à Toulouse en 1943

Lorsque les premiers apprentis sont arrivés en 1946, venant de Marseille-Rognac et du Bourget, Vilgénis n'était pas encore aménagé. Ils étaient au château de Montjean, à Wissous. C'est là qu'étaient formées les hôtesses de l'air. Ils ont emménagé dans les chalets pendant l'hiver 46-47, très froid - l'étang était gelé - et il n'y avait pas encore de fenêtres aux chalets. L'École Toulousaine est ensuite regroupée à Vilgénis pour l'année scolaire 1947-1948.


L'École de Vilgénis a été déclarée légalement ouverte le 22 janvier 1948 par le Sous-secrétaire d'État à l'enseignement technique. Elle jouit du statut d'École Technique Privée sous contrat avec l'État.

Le recrutement s'effectuait sur concours, niveau BEPC exigé, limite d'âge : 15 ans, ouvert uniquement aux garçons.

Un contrat d'apprentissage était signé avec Air France. Sa durée était de 3 ou 4 ans selon la spécialité retenue et il se concluait par l'obtention soit :

L'internat était obligatoire. L'apprenti s'engageait à rembourser la Compagnie en cas de départ volontaire s'il quittait celle-ci dans les 5 ans qui suivaient sa formation.(Contrat d'engagement en 1963)  (Première feuille de paye en octobre 1963)

En juin 1946, premier concours d'entrée pour l'école des métiers de maintenance aéronautique.

La formation était uniquement technique : 6 mois de formation commune puis orientation sur les spécialités « mécaniciens moteur » et « mécaniciens cellule » ou « monteurs électriciens » et sélection parmi ces derniers après 3 ans pour une quatrième année en spécialité « mécaniciens radio » ou « mécaniciens instruments de bord ».

Le programme éducatif scolaire et sportif était aussi lié à des valeurs fortes associées à l'entreprise et à son métier (rigueur, soin, solidarité...).

Le C.I.V. (Centre d'Instruction de Vilgénis), en tant que tel, a été créé le 1er mai 1949 par décision générale n°288 datée du 30 avril 1949.

Les conditions de travail et de vie à Vilgénis.

Vilgénis en 1960. Vue aérienne

Vue aérienne de Vilgénis en 1960

Les apprentis étaient hébergés dans des chalets en bois, comme les salles de cours, le réfectoire, les cuisines et les dortoirs en chambre de 12 ! avec pour seul chauffage un radiateur électrique par chambre éteint à 22 h 00 (au cours de l'hiver 1956 l'encre gelait, la nuit, dans les bouteilles) ; à la rentrée de la promotion 1956-1959, le chauffage central avait été installé dans les chalets.

Ayant vécu l'épisode de l'hiver 1956/57 qui fut terrible, je crois pouvoir dire que le chauffage central fut installé courant 1956, et qu'un incendie du poste électrique, juste avant les congés scolaires de février 57, entraîna le gel de toutes les conduites extérieures. Internes, nous avons passé nos vacances de mardi gras à dégeler les tuyaux avec des lampes à souder. Des poêles à charbon avaient été installés à la hâte et des dizaines de couvertures nous réchauffaient un peu. Quels souvenirs !MILLET Michel - Promotion 1954-1957


L'étude du soir (obligatoire) se faisait au Château.

La discipline de l'internat était très stricte et éventuellement sanctionnée par les conseils de discipline : interdiction absolue de fumer, coupe de cheveux à 4 cm, tenues uniformes imposées: en cours, au réfectoire, à l'étude... (toile gris bleu), aux ateliers (toile marron), tenue de sortie obligatoire à l'extérieur de l'école: blouson et pantalon (bouffant sur la chaussure) de serge marron. Le port du cache-col nécessitait une autorisation du service médical.

Vilgénis en 1974 Vue aérienne

Carte Postale


Vue aérienne de Vilgénis en 1974


Nous avons porté des sabots pendant quelques mois en 1954-1955, ainsi que des chaussons en basane qui allaient avec. L'expérience a duré peu de temps en raison du bruit sur les parquets des couloirs et l'initiative des 3ème année qui ont pris les sabots dans les racks, à l'entrée des chalets, et en ont fait un tas bien mélangé au pied du drapeau de la cour d'honneur. Vu les difficultés pour que chacun retrouve les siens, retour aux chaussures classiques.
Je ne sais pas quel cerveau musclé était à la base de cette très bucolique opération !

Jacques Roche - Promotion 1953-1956


La plupart des cours techniques théoriques étaient mis en pratique sur des circuits reconstitués, comme pour les transmissions à distance de type autosyn ou synchro.

Les travaux pratiques avion (montages, démontages, recherches de panne, mise au point...) se faisaient sur différents types d'avions, sur des moteurs, dont le Pratt & Whitney R1830 Twin Wasp qui équipait, entre autres, les DC3 et sur des maquettes de circuits, comme le circuit hydraulique du DC4.


Une recherche dans les documents « Vilgénis » au Musée Air France m'a permis de trouver vingt diapositives signées « Air France Relations Extérieures » et vraisemblablement prises entre 1957 et 1961.


Car Air France ISOBLOC

Collection Jean Chalp


Christian LEYSOUR de Rohello, promotion 1946-1949 (La première) après avoir lu l'article : Image et histoire des cars Air France des années 30 à nos jours, paru dans la revue Présence des Retraités d'Air France de juillet 2009 nous donne ce commentaire :

« Nous avions, d'après mes souvenirs, hérité en 1947 d'un car « ISOBLOC » reformé du service passager des invalides en remplacement du camion à ridelles FORD type militaire moteur à essence qui nous transportait depuis la rentrée scolaire au début novembre ou fin septembre 1946, avec nos cartes d'alimentation de "J2" ou "J3", héritage de notre adolescence pendant l'occupation. »


LES AVIONS UTILISÉS POUR LA FORMATION PRATIQUE À VILGÉNIS

Par ordre chronologique

À partir de 1976 et du Constellation F-BAZU, tout du moins sur sa fin de vie à Vilgénis, tous les avions ont été abrités dans le hangar H66. Avions dans le H66 en 2007

Dewoitine D338

Dewoitine D.338

Goéland

Caudron C.440 Goéland


B26 Marauder

Martin B26 Marauder

Constellation F-BAZU

Constellation F-BAZU


North American T6B

North American T6B

Boeing 707

Boeing 707 F-BHSL


Lockheed T33

Lockheed T33 Shooting Star

Caravelle F-BHRA

Caravelle F-BHRA


Boeing 727

Boeing 727 F-BPJR

Mystère 20

Mystère 20


QUELQUES « FIGURES »...

... ils ont donné à de futurs hommes un peu d'eux-mêmes, en ayant à cœur la réussite des apprentis...



La Presse en parle

Franc-Tireur
27 septembre 1951

Franc-Tireur 27 septembre 1951

Cliquez pour lire l'article

Bloc strié en dé

Bloc Strié après de nombreux passages de lime demi-douce

Travail sur B26 à Vilgénis

Travail des apprentis sur Martin B26 Marauder

ÉLITES Françaises - Avril 1949

Élites Françaises - Avril 1949

Cliquez pour lire l'article

France Aviation - Mai 1955

France Aviation - Mai 1955

Cliquez pour lire l'article

Titre Journal Le Parisien


Cartes postales des années 1950

Carte postale 1950 - Le château

Le château vu du parc

Carte postale 1950 - Dans le parc

Dans le parc

Carte postale 1950 - Parc Avions

Le parc « Avions »

Carte postale 1950 - Les chalets de cours

Les chalets « Cours »

TOUTES LES CARTES POSTALES D'ÉPOQUE

Travaux sur avion

Les deux Martin B26 Marauder en 1962

Les deux Martin B26 Marauder à Vilgénis en 1962

Constellation à Vilgénis années 1960

Le Lockheed Constellation L.749
F-BAZU à Vilgénis en 1963


Les promotions

Les promotions représentées sur le site



Note aux visiteurs

Vous êtes peut-être un « ancien » du CIV. Sachez que je recherche des photos, anecdotes, récits de toutes les promotions. Vous pouvez m'envoyer un message via le formulaire de Contact de la page d'accueil dans lequel vous pouvez inclure une pièce jointe.
Merci
 


Leur carrière à la Compagnie

La plupart des apprentis ainsi formés ont œuvré dans le domaine technique à la Direction du Matériel. Certains ont bifurqué sur des filières parallèles, programeur informatique, par exemple. Certains ont choisi la voie de l'exploitation commerciale, sur les bases d'Orly ou CDG ou dans les escales. Certains ont voulu quitter le sol et sont devenus, après formation, d'abord mécanicien navigant puis pilote et même Chef Pilote ou Pilote Instructeur Concorde. D'autres ont suivi les cours du Conservatoire National des Arts et Métiers (formations ingénieurs), ou du CESI. D'autres encore ont quitté la Compagnie, soit pour aller dans différentes compagnies (Air Inter par exemple), soit pour exercer d'autres métiers (l'un d'eux est écrivain et il a été directeur de collections chez plusieurs éditeurs). Ainsi, un peu plus de 2800 personnes ont été formées par l'École sur la période 1948-1997.

On retrouve encore à peu près 1 800 actifs issus de l'École dans tous les secteurs d'activité de l'entreprise et de tous niveaux hiérarchiques : 200 PN, 900 Mécaniciens / Techniciens, 500 Maîtrises, 150 Cadres GR-1, 50 Cadres GR 2-3.

De plus 150 élèves ont été formés pour des compagnies associées étrangères (Air Inter, Cameroun Airlines, Tunisair...).

En 1996 se crée le CFA des Métiers de l'Aérien qui élargissait le périmètre des formations et orientait la formation vers l'apprentissage.

Témoignages d'anciens apprentis

Diversification

Le Centre va abriter une école d'apprentissage pour « mécaniciens », capable d'accueillir 200 élèves, une école technique assurant la formation des nouveaux cadres et pilotes de lignes en même temps que le perfectionnement des anciens et une unité de formation pour agents administratifs et commerciaux. S'y sont ajoutés les simulateurs de tous types (21 juin 1957, arrivée du premier simulateur Super Constellation) et un centre informatique. Aujourd'hui, le CIV est encore une pépinière dans beaucoup de disciplines techniques. Il forme, en plus des agents Air France, de nombreux stagiaires étrangers.


Château de Vilgénis et cinq apprentis en 1963 - Clic pour grande taille

Cinq apprentis de 3e année devant le Château de Vilgénis en Juin 1963

À l'époque où j'ai connu Vilgénis, le parc faisait plus de soixante-huit hectares avec la Bièvre au fond et des arbres magnifiques dont, hélas, certains ont été mis bas pas la grosse tempête.

J'y ai connu en 1960 :

et j'ai failli, à un an près, porter un pantalon « golf » comme uniforme.


Merci Maman

Ma mère était très « conservatrice ». Elle avait conservé tous mes courriers de cette époque et, avec l'aide de ma sœur, je viens de les retrouver en juillet 2005. Voici donc deux cartes postales de Vilgénis à la fin des années 50 et une entête du papier à lettre pour les apprentis.

Vilgénis - Cour d'honneur

Vilgénis - Cour d'honneur en 1960
Notez la Crevette et les initiales AF sur le drapeau

Vilgénis - Bâtiment Radio et Instruments de Bord

Vilgénis - Bâtiment Radio et Instruments de Bord


Vilgénis - Entête papier à lettre apprentis

Vilgénis - Entête papier à lettre apprentis

Nostalgie...

La formation évolue pour aller au plus utile, alors que pendant longtemps l'école de Vilgénis nous donnait une vision large du métier. La formation est plus ciblée. La promotion est-elle encore possible ? L'encadrement, la hiérarchie intermédiaire étaient issus des promotions techniques formées à l'école. C'est la conception même de la formation de l'école qui a permis cela. Aujourd'hui, ne serait-ce plus le cas ? Les mécanos sont-ils formés pour rester des mécanos ? D'où vient la hiérarchie aujourd'hui ? D'où viendra t-elle dans dix ans ?

Brochure Air France à Vilgénis

Air France à Vilgénis

André Bes,
François Coulomb,
Jean-Claude Le Berre,
Dominique Ottello,
Jean-Louis Rattier

Édition du Musée Air France - Mars 2009

Préface de Jean-Cyril Spinetta

Uniquement disponible auprès de :
Musée Air France
Aérogare des Invalides
2 rue Esnault Pelterie
75007 PARIS
Tél : 01 43 17 20 98
Prix : 10 Euros - Port : 10 Euros

Détails en cliquant sur l'image de la brochure



MÀJ : 30 novembre 2017

Suivi des modificationsInformation
Historique des modifications du site

Les dix dernières modifications

Vilgénis  Repas ABC du 17 novembre 2017
Vilgénis  Promotion 82-85 - Photo 35e anniversaire
Vilgénis  Photos 57e anniversaire promotion 60-63
Bibliothèque  Science & Vie Hors Série - Spécial Aviation 2017
Passion  Le Multiplex sur B747
Vilgénis  Photos repas Promotion 51-54 à Mennecy du 22 avril 2017
Vilgénis  Décès Jean-Louis Rattier, premier chef de centre.
Constellation  Photo F-BAZH avec « cuffs » sur les pieds de pales
Vilgénis  Mise à jour surnoms promotion 1975-1978 (Merci à Patrick Trésorier)
Crevette  Photo Hippocampe Ailé Savoia S62P en 1922


Cliquez pour les voir toutes avec les liens

À propos de ce site

Livre d'orInformation
Visualisation des messages laissés dans mon livre d'or. À l'aide d'un formulaire, vous pourrez, si vous le désirez, écrire un message.

Effectuée par freefind.com

Fichiers WampserverInformation
Dépôt secondaire Wampserver
Tous les fichiers d'installation de Wampserver
Tous les « addons »
- Apache - PHP - MySQL
- PhpMyAdmin
- Adminer
- PhpSysInfo
etc.

MétauxInformation
Métaux et alliages aéronautiques
L'acier et ses alliages,
l'aluminium et ses alliages (Alpax, Duralumin, Duralinox, Zicral,...),
le magnésium et ses alliages,
le titane et ses alliages.
Propriétés physiques et chimiques.
Traitements thermiques et chimiques. Etc.

Documents - FichiersInformation
Lecture de documents ou
Téléchargement de fichiers (pdf), regroupant les différents thèmes de ce site.

FAQ de fraInformation
La FAQ (Foire Aux Questions) du groupe de discussions fr.rec.aviation

ConcordeInformation
Concorde dans la presse entre 1965 et 2003

Plus de 700 documents
- des coupures de presse, la plupart patiemment récupérées et archivées par un agent Air France passionné de Concorde, Pierre Dumez, père d'un de mes anciens collègues,
- des extraits de revues internes Air France (Briefing, France Aviation, Point Fixe,...), avec l'aimable autorisation d'Air France
- un extrait de Lignes Aériennes, avec l'aimable autorisation de Jacques Darolles
- quelques photographies de matériel,
- des documents divers, comme la brochure du Comité de soutien Concorde d'avril 1974, aimablement communiquée par Francis SAINT PIERRE.
On peut y trouver l'historique en trois étapes, le premier vol, les essais au sol et en vol, les moteurs, la philatélie, la publicité technique et commerciale, le tragique accident du F-BTSC, les modifications, le redécollage et l'arrêt des vols.

Forum des Anciens de VilgénisInformation
Accès direct au forum des Anciens du CIV (Centre d'Intruction de Vilgénis) d'Air France.

ContactInformation
Formulaire à remplir pour vous permettre de m'envoyer vos commentaires, critiques et suggestions sur ce site.

Je suis Égypte
Je suis Paris