Les Lockheed « Constellation », « Super Constellation », « Super G », « Starliner » ou « Superstarliner »
connus sous l'appellation de « Connie »

Constellation de l'association "Super Constellation Flyers" au Bourget 8 mai 2004

Le plus remarquable, le plus fin et sans aucun doute le plus beau des avions de ligne à hélices fut le Lockheed Constellation, qui servit dans la plupart des grandes compagnies aériennes du monde.

Le projet du Constellation naquit en juin 1939, lorsque Howard Hughes et Jack Frye, les principaux responsables de la compagnie TWA, consultèrent le bureau d'études de Lockheed, auquel ils soumirent l'idée de développer un grand quadrimoteur de transport commercial destiné à servir sur les lignes transcontinentales américaines. Le prototype de l'appareil, caractérisé par quatre moteurs Wright de 2 200 ch, équipés d'hélices Hamilton Hydromatic, un fuselage à l'aérodynamique parfaitement étudiée, un empennage tridérive et un train d'atterrissage tricycle à la configuration étonnamment moderne, n'effectua son premier vol qu'en janvier 1943, l'entrée en guerre des Etats-Unis, un peu plus d'un an auparavant, ayant freiné de façon considérable sa réalisation. Comme l'aviation militaire américaine faisait alors feu de tout bois, l'appareil fut réquisitionné afin d'assurer des missions de transport de troupes. le véritable rôle d'Howard Hughes

Dès que les hostilités s'achevèrent, les 15 Constellation en service dans l'US Army Air Force revinrent à des activités beaucoup plus pacifiques. La compagnie Lockheed, voyant déjà beaucoup plus loin, investit alors des sommes très élevées pour produire l'avion en série, assurée qu'elle était d'une commande de près de 100 exemplaires provenant de diverses compagnies.

En décembre 1945, le premier Constellation livré à TWA accomplit un vol exploratoire de Washington à Paris, via Gander et Shannon, puis, en février 1946, un appareil du même type, baptisé Star of Paris, entreprit la première liaison commerciale en direction de la capitale française. Aussi intéressantes qu'elles fussent, les performances du Constellation, dont la production porta sur un certain nombre de versions sans cesse plus améliorées, ne permettaient pourtant pas de traverser l'Atlantique d'une seule traite. Par ailleurs, les quadrimoteurs du même type, exploités sur les lignes du Pacifique, étaient, eux aussi, contraints à des escales, à Hawaii, à Wake et à Guam. Pour cette raison, les dirigeants de Lockheed étudièrent avec attention un projet visant à construire un modèle du Constellation aux capacités plus importantes.

La démarche entreprise en ce sens aboutit au développement du modèle L.1049 Super-Constellation, dont les principales caractéristiques résidaient dans des dimensions supérieures, des réservoirs de carburant supplémentaires installés aux extrémités des ailes et, surtout, des moteurs faisant appel à la technologie nouvelle du turbocompound et une capacité de 89 passagers pour la version la plus évoluée. Avec le Super-G-Constellation, qui vola en décembre 1954, la firme Lockheed parvint à réaliser un rêve qu'elle caressait depuis fort longtemps : accomplir pour la première fois des liaisons transatlantiques sans escale de l'ouest vers l'est, où les avions sont favorisés par les vents. Dans une ultime tentative, l'avionneur américain s'employa à accroître la distance franchissable de son quadrimoteur, dont, en 1956, il extrapola le Starliner. Cette fois, le succès se trouvait à portée de main, puisque cette magnifique machine volante était capable de franchir l'immense fossé séparant le Nouveau Monde de l'Ancien sans aucune difficulté.

Poste avant Constel
Pilote et Copilote Mécano Navigant Radio Navigateur
Poste avant Constel
Pilote et Copilote Mécano Navigant Radio Navigateur

L'Équipage technique

Quatre hommes prenaient place dans le poste, tout d'abord et très classiquement le pilote à gauche et le copilote à ses côtés, séparés par une console centrale recevant les manettes de gaz et le système de pilotage automatique.

Un « radio » et ses appareillages était placé à gauche, juste derrière le pilote et tourné vers l'arrière.

La véritable innovation du Constellation était la présence d'un « ingénieur de vol » (flight engineer, mécanicien navigant), assis juste derrière le copilote, face vers la droite, et au poste duquel une partie des instruments de vol, et tout particulièrement ceux concernant les moteurs, avait été reportée. Assis près de la porte d'accès au cockpit munie d'un hublot, il avait, grâce à cette situation « stratégique », une vue directe sur le moteur n°3, celui précisément qui était mis en route en premier.

Derrière le poste de pilotage, séparé par une nouvelle cloison et un couloir central, se trouvait un compartiment destiné au navigateur (à gauche) et à un poste de repos équipage (à droite).


Mécano au travail

Sur les Constellation, le mécanicien navigant « Ingénieur de vol », avait une très grande importance. Il avait la charge de tous les systèmes, le contrôle de toutes les manettes, sauf les contacts magnétos. Au démarrage, le pilote mettait les contacts magnétos lorsque le mécano avait fait tourner le moteur et compter six pales d'hélices (Deux tours).

En vol, le mécano contrôlait les moteurs - 144 étincelles de bougies à vérifier sur le « Spark Analyzer » -, le réchauffage carbu, le pas des hélices, la pressurisation, la génération électrique, la génération hydraulique, etc. et, en plus, il était aussi qualifié comme pilote. Franchement, des trois membres d'équipage, c'était le mécano qui avait le plus de boulot ; de plus il devait posséder des connaissances beaucoup plus approfondies sur les systèmes de l'avion que les autres membres de l'équipage.

Largement inspiré par Michel Léveillard/Aérostories


MÀJ : 20 juin 2017

Suivi des modificationsInformation
Historique des modifications du site

Les dix dernières modifications

Vilgénis  Photos 57e anniversaire promotion 60-63
Bibliothèque  Science & Vie Hors Série - Spécial Aviation 2017
Passion  Le Multiplex sur B747
Vilgénis  Photos repas Promotion 51-54 à Mennecy du 22 avril 2017
Vilgénis  Décès Jean-Louis Rattier, premier chef de centre.
Constellation  Photo F-BAZH avec « cuffs » sur les pieds de pales
Vilgénis  Mise à jour surnoms promotion 1975-1978 (Merci à Patrick Trésorier)
Crevette  Photo Hippocampe Ailé Savoia S62P en 1922
Vilgénis  Promotion 1949-4952 - Nouvelles photos (31 à 33)
Vilgénis  Au delà des bouchures (Chronique d'une vie) - Pierre Manigault « Mannix »


Cliquez pour les voir toutes avec les liens

À propos de ce site

Livre d'orInformation
Visualisation des messages laissés dans mon livre d'or. À l'aide d'un formulaire, vous pourrez, si vous le désirez, écrire un message.

Effectuée par freefind.com

Fichiers WampserverInformation
Dépôt secondaire Wampserver
Tous les fichiers d'installation de Wampserver
Tous les « addons »
- Apache - PHP - MySQL
- PhpMyAdmin
- Adminer
- PhpSysInfo
etc.

MétauxInformation
Métaux et alliages aéronautiques
L'acier et ses alliages,
l'aluminium et ses alliages (Alpax, Duralumin, Duralinox, Zicral,...),
le magnésium et ses alliages,
le titane et ses alliages.
Propriétés physiques et chimiques.
Traitements thermiques et chimiques. Etc.

Documents - FichiersInformation
Lecture de documents ou
Téléchargement de fichiers (pdf), regroupant les différents thèmes de ce site.

FAQ de fraInformation
La FAQ (Foire Aux Questions) du groupe de discussions fr.rec.aviation

ConcordeInformation
Concorde dans la presse entre 1965 et 2003

Plus de 700 documents
- des coupures de presse, la plupart patiemment récupérées et archivées par un agent Air France passionné de Concorde, Pierre Dumez, père d'un de mes anciens collègues,
- des extraits de revues internes Air France (Briefing, France Aviation, Point Fixe,...), avec l'aimable autorisation d'Air France
- un extrait de Lignes Aériennes, avec l'aimable autorisation de Jacques Darolles
- quelques photographies de matériel,
- des documents divers, comme la brochure du Comité de soutien Concorde d'avril 1974, aimablement communiquée par Francis SAINT PIERRE.
On peut y trouver l'historique en trois étapes, le premier vol, les essais au sol et en vol, les moteurs, la philatélie, la publicité technique et commerciale, le tragique accident du F-BTSC, les modifications, le redécollage et l'arrêt des vols.

Forum des Anciens de VilgénisInformation
Accès direct au forum des Anciens du CIV (Centre d'Intruction de Vilgénis) d'Air France.

ContactInformation
Formulaire à remplir pour vous permettre de m'envoyer vos commentaires, critiques et suggestions sur ce site.

Je suis Manchester
Je suis Paris