Précédent  ( 78 sur 144 ) Suivant

Grande image (040_ id=58)

Les Têtes Brûlées - Les Corsaires du Pacifique - ISBN 2-912215-06-4 - Didier et Jean-Philippe Liardet

« Pendant la deuxième guerre mondiale, le commandant des Marines, Greg « Pappy» Boyington, était à la tête d'une escadrille de pilotes de chasse. Celle-ci était composée de marginaux et d'aventuriers qui devinrent les terreurs du Pacifique Sud. On les appelait... les Têtes Brûlées.»

Redécouvrez cette série de guerre, au concept original et audacieux, à travers une analyse exhaustive de tous ses éléments constitutifs, un historique de sa production, saison par saison, un guide complet et commenté de ses 36 épisodes et le portrait de tous ses principaux interprètes.

Outre une présentation du théâtre des opérations durant la guerre du Pacifique Sud et une mise en parallèle des célèbres chasseurs Corsair et Zero, vous trouverez une biographie détaillée du colonel Gregory Boyington, célèbre pilote de chasse de la Seconde Guerre mondiale ayant inspiré la création de la série. Vous trouverez également dans cet ouvrage abondamment illustré un portrait du producteur Stephen J. Cannell ainsi qu'un tour d'horizon des «séries militaires» américaines, une présentation des produits dérivés de la série et une sélection des meilleurs sites Internet en histoire militaire.

TOURNAGE

La majeur partie du tournage se déroula sur l'aérodrome d'Indian Dunes, au nord de Los Angeles, qui fut réaménagé pour la circonstance. Les nombreuses vues aériennes, avec des paysages de campagne et de jungle, et le survol d'îles, ont été également tournées en Californie, dans une région nommée Channels Islands of Ventura. Le réalisateur de la seconde équipe, James W. Gavin, détenait tous les permis liés à l'administration de l'aviation fédérale, ce qui lui permit d'obtenir certaines facilités pour le tournage. Les pilotes des différents appareils s'appelaient Frank Tallman, Junior Burchinal, Tom Friedkin, Glen Riley, John Schaffausen, Tom Mooney et Gérald Martin, auxquels se joignirent Steve Hinton et Jim Maloney.

Sept Corsair furent utilisés pour le tournage ainsi que quatre chasseurs japonais Zero. Malgré leur ancienneté et les contraintes du tournage, ces appareils se comportèrent remarquablement bien lors des prises de vues aériennes. Une heure de maintenance était nécessaire pour permettre une autonomie de vol de trois à cinq heures, un laps de temps suffisant pour la réalisation d'un grand nombre de prises de vues. Signalons également que les appareils japonais sont ceux qui furent utilisés pour le tournage du film Tora Tora Tora, une coproduction américano-japonaise réalisée par Richard Fleischer en 1970, dont l'histoire est centrée sur l'attaque de Pearl Harbor. Ces chasseurs appartiennent à la Confederate Air Force , une association américaine qui s'est spécialisée dans la préservation d'anciens appareils militaires depuis près de quarante ans.

Type de
Corsair
Numéro MilitaireNuméro CivilPropriétaire
F4U-1A17799N83782Planes of fame
F4U-4897359N97359Tom Friedkin
F4U-713714N33714John Schaf
FG-1D92106N6897David Tallichet
FG-1D92132N34666David Tallichet
FG-1D92529N62290John Stokes
FG-1D92433N3440I. J. Burchinel

INTRODUCTION

La guerre du Pacifique occupa une place à part dans le cœur et l'esprit des Américains. Pendant le conflit, l'opinion publique américaine accorda beaucoup plus d'intérêt à l'évolution de la situation sur ce théâtre d'opérations qu'aux événements en Europe. La confrontation entre les deux pays était par ailleurs déjà lancée en temps de paix, avec le fort développement de la marine impériale japonaise et l'implantation de bases puissantes dans les îles prises à l'Allemagne, lors de la première guerre mondiale. L'intervention japonaise en Chine n'avait donc fait qu'envenimer des relations déjà tendues.

L'attaque japonaise contre la base de Pearl Harbor, déclenchée avant une déclaration de guerre trop tardive de quelques heures, renforça le ressentiment américain et l'impression de combattre pour une juste cause. Forte de sa supériorité économique, l'Amérique voulut obtenir une capitulation sans conditions de son adversaire.

Conformément à la stratégie développée lors de très nombreuses séances de «wargaming» avant la guerre, sortes de simulations prospectives, il s'agissait d'abord de gagner du temps et d'user l'adversaire en attendant une montée en puissance irrésistible. L'ampleur des succès initiaux du Japon fut contrebalancée par la large victoire américaine à Midway. Puis, pendant un an et demi, l'élite des forces des deux camps s'affronta dans l'archipel des îles Salomon, autour de Guadalcanal et de Rabaul. Le corps des Marines y joua un rôle déterminant, tant avec ses unités débarquées dans les îles qu'avec ses unités aériennes. Au moment où l'US Navy se retrouvait exsangue avec de lourdes pertes, la présence puis l'offensive américaine dans cette zone obnubila de manière exagérée l'état-major japonais qui, pourtant, disposait parfois d'une supériorité navale manifeste sur son adversaire américain.

Mais c'est dans les cieux que se fit la décision. La marine impériale japonaise perdit dans cette campagne ce qui lui restait de ses meilleurs pilotes. La VMF-214, menée par le major Gregory Boyington, écrivit quelques pages glorieuses de cette éprouvante campagne, avec un tableau de chasse inégalé de quatre-vingt-dix-sept appareils ennemis abattus, dont quatre-vingt-quinze chasseurs, pour la perte d'une dizaine de ses pilotes. Un ennemi fourbe et rusé, une juste cause, des héros, un As charismatique pour chef, tous les ingrédients étaient réunis pour fournir la trame d'une adaptation romancée de l'épopée des «Black Sheep ».

À la lecture de l'autobiographie de Gregory Boyington, le célèbre producteur de télévision Stephen J. Cannell entrevit immédiatement le potentiel dramatique de ces éléments, malgré les difficultés évidentes que pouvait poser une telle adaptation.

Bien que les « séries militaires » n'aient jamais été un genre particulièrement plébiscité par les téléspectateurs américains, l'enthousiasme de la critique envers la série M*A*S*H et son succès d'audience depuis plusieurs années le conforta dans son choix et l'incita à développer le projet d'une adaptation télévisée de cet ouvrage.

Ayant trouvé, en la personne de Robert Conrad, l'interprète idéal pour le rôle principal, Stephen J. Cannell développa, avec son équipe de scénaristes, les bases d'un concept original et audacieux mêlant étroitement un ensemble d'éléments imaginaires à des événements véridiques issus de la période historique concernée.

Il ne s'agissait sans doute pas seulement, à l'origine, de concevoir une véritable transposition à l'écran de la vie de Gregory Boyington, ni de relater les aventures qu'il avait vécues avec les pilotes de son ancienne escadrille de chasse. Au sein des limites imposées par la reconstitution de ce contexte historique, la série s'attacha aussi, au fil des épisodes, à présenter en filigrane et de manière romancée les principaux traumatismes liés à la guerre et leurs conséquences sur les hommes qui y sont confrontés quotidiennement.

Cette libre transposition, par la richesse de sa thématique et la qualité de son interprétation, fait ainsi cohabiter une certaine gravité de ton et un humour omniprésent qui l'emporte bien souvent sur le côté dramatique des situations présentées. On y retrouve cependant les fondements d'un univers en perpétuelle évolution autour de personnages principaux très charismatiques. Cette orientation fut d'ailleurs approuvée par Gregory Boyington lui-même, ce qui ne fut pas le cas des pilotes survivants de l'escadrille qui s'insurgèrent contre cette libre transposition.

En dépit d'une audience convenable, les dirigeants de la chaîne NBC décidèrent de supprimer la série de la grille de leurs programmes au terme de la première saison. Cette décision, aussi inattendue qu'injustifiée, résultait sans doute des fortes pressions subies par les responsables de la chaîne dans une période troublée faisant suite à la guerre du Viêt-nam. Ceux-ci déclarèrent que la série véhiculait une image beaucoup trop complaisante de la violence en raison des combats, pourtant très aseptisés, montrés à l'écran, et de l'utilisation de nombreuses images d'archives de la seconde guerre mondiale.

La série revint néanmoins à l'antenne l'année suivante, pour une demi-saison supplémentaire dans l'ensemble moins satisfaisante, avant d'être définitivement annulée. Elle fut, dès lors, distribuée à travers le monde et notamment en France où, très populaire depuis plus de vingt ans, elle n'a jamais cessé d'être rediffusée.

Malgré un certain manque de crédibilité historique et un budget relativement réduit ayant sans doute limité l'ambition de ses concepteurs, Les têtes brûlées demeure une série distrayante, riche en connotations pédagogiques et historiques, dont l'originalité de son concept la distingue sensiblement des autres productions du genre.

Dotée d'un superbe thème musical et d'un montage spécifique intégrant des images d'archives souvent très spectaculaires, elle bénéficie d'une remarquable interprétation et parvient à séduire de nouveaux téléspectateurs à chaque nouvelle diffusion. Longtemps et injustement mésestimée par la critique, elle mérite bien, aujourd'hui, d'être réhabilitée.

Didier LIARDET & Jean-Philippe LIARDET.



Précédent Haut Suivant


MÀJ : 04 février 2017

Suivi des modificationsInformation
Historique des modifications du site

Les dix dernières modifications

Vilgénis  Décès Jean-Louis Rattier, premier chef de centre.
Constellation  Photo F-BAZH avec « cuffs » sur les pieds de pales
Vilgénis  Mise à jour surnoms promotion 1975-1978 (Merci à Patrick Trésorier)
Crevette  Photo Hippocampe Ailé Savoia S62P en 1922
Vilgénis  Promotion 1949-4952 - Nouvelles photos (31 à 33)
Vilgénis  Au delà des bouchures (Chronique d'une vie) - Pierre Manigault « Mannix »
Vilgénis  Photos promotion 1957-1960 - Février 2015 et 2016
Vilgénis  Promotion 1976-1979 - Film démontage Caravelle F-BHHI
Vilgénis  Promotion 1960-1963 - Nouvelles photos (À partir du n° 64)
Bibliothèque  au-dessus de la France en DC3 avion de légende Gilles Bordes-Pagés et Jacques Lumbroso


Cliquez pour les voir toutes avec les liens

À propos de ce site

Livre d'orInformation
Visualisation des messages laissés dans mon livre d'or. À l'aide d'un formulaire, vous pourrez, si vous le désirez, écrire un message.

Effectuée par freefind.com

Fichiers WampserverInformation
Dépôt secondaire Wampserver
Tous les fichiers d'installation de Wampserver
Tous les « addons »
- Apache - PHP - MySQL
- PhpMyAdmin
- Adminer
- PhpSysInfo
etc.

MétauxInformation
Métaux et alliages aéronautiques
L'acier et ses alliages,
l'aluminium et ses alliages (Alpax, Duralumin, Duralinox, Zicral,...),
le magnésium et ses alliages,
le titane et ses alliages.
Propriétés physiques et chimiques.
Traitements thermiques et chimiques. Etc.

Documents - FichiersInformation
Lecture de documents ou
Téléchargement de fichiers (pdf), regroupant les différents thèmes de ce site.

FAQ de fraInformation
La FAQ (Foire Aux Questions) du groupe de discussions fr.rec.aviation

ConcordeInformation
Concorde dans la presse entre 1965 et 2003

Plus de 700 documents
- des coupures de presse, la plupart patiemment récupérées et archivées par un agent Air France passionné de Concorde, Pierre Dumez, père d'un de mes anciens collègues,
- des extraits de revues internes Air France (Briefing, France Aviation, Point Fixe,...), avec l'aimable autorisation d'Air France
- un extrait de Lignes Aériennes, avec l'aimable autorisation de Jacques Darolles
- quelques photographies de matériel,
- des documents divers, comme la brochure du Comité de soutien Concorde d'avril 1974, aimablement communiquée par Francis SAINT PIERRE.
On peut y trouver l'historique en trois étapes, le premier vol, les essais au sol et en vol, les moteurs, la philatélie, la publicité technique et commerciale, le tragique accident du F-BTSC, les modifications, le redécollage et l'arrêt des vols.

Forum des Anciens de VilgénisInformation
Accès direct au forum des Anciens du CIV (Centre d'Intruction de Vilgénis) d'Air France.

ContactInformation
Formulaire à remplir pour vous permettre de m'envoyer vos commentaires, critiques et suggestions sur ce site.

Je suis Paris