Retour Livre  ( 80 sur 149 ) Retour Livre

Pages Annexes

Annexe précédente     Annexe suivante


1-V - Avec ceux que n'atteint pas la fatigue - Les Mécanos

Décembre 1939

La lune perce difficilement les gros nuages sombres qui roulent dans le ciel. Elle apparaît brusquement, puis se cache vite derrière une immense masse noire, avant de venir, à nouveau, nous montrer son visage lointain.

Dix heures du soir, quelque part en Lorraine.

Je viens de quitter le mess où, comme à l'accoutumé, fleurissent la bonne chère et la franche gaieté. Bridioux, le popotier, m'accompagne jusqu'à ma voiture laissée à quelque cinq cents mètres, près du terrain.

Nos pieds s'enfoncent dans la boue du petit chemin communal ; le bois, sur notre gauche. sombre et mystérieux, laisse échapper par moments des craquements longs et secs. Nous parlons posément.

Tout à coup, à quelques dizaines de mètres en avant de nous, une voix s'élève. Et, stupeur, cette voix ne demande pas le mot de passe, ne jette par un ordre, n'acquiesce pas à un commandement. C'est une voix qui, dans la nuit, chante une romance plaintive :

   Chante, chante ma guitare...
   Chante, chante au clair de lune...

Je m'arrête, surpris.

- Ce n'est rien, mon vieux. Un mécano qui fredonne en travaillant.

- Un mécano ? Mais ils travaillent donc la nuit, vos mécanos ? Et où sont-ils, je ne vois rien ?

- Un peu plus loin, dans une clairière du bois. Nous avons monté un hangar de toile où ils sont à l'aise...

- On peut les voir ?

- Bien sûr, allons-y.

Quelques mètres encore et puis, sur la gauche, un espace assez grand au milieu duquel, comme un cirque forain, s'élève une tente grise invisible sur le gris des arbres et de la nuit. Une mince ligne de lumière traîne au ras du sol.

Bridioux soulève le panneau de toile quiconstitue la porte. Nos yeux surpris par la clarté, clignotent un peu.

Au centre de la tente, un Curtiss, privé de ses capotages, montre sans pudeur son squelette de tubes et de cornières. Son hélice, gracile et puissante à la fois, gît à quelques pas sur un rustique mais moelleux amas de chiffons. Le capot N.A.C.A., démonté, laisse voir les cylindres tout brillants d'une mince pellicule d'huile.

Un homme, un tout jeune garçon, juché sur un petit escabeau, clé en main, penche son corps entier sur le moteur, comme s'il avait peur qu'il lui échappe, tandis qu'un autre tout aussi jeune, au visage tout aussi sérieux et attentif sous le béret basque, a pris place au poste de pilotage.

- T'es à fond?

- Oui...

- Mais non, mon vieux, y m'faut encore un centimètre.

- C'est à fond, j'te dis.

- Ben, alors, c'est la tige des gaz qui est faussée. Tripes de vache, on n'en sortira pas.

Bridioux s'approche.

- Vous pourrez faire cela demain, pas la peine de passer la nuit.

- On a commencé, mon lieutenant, on finira. Y a pas de raison pour qu'on s'arrête.

Faut faire le boulot. Mais c'est pas toujours marrant. A preuve...

Nous nous éloignons vers le fond du hangar.

- Rien à leur faire entendre, me dit Bridioux. Ils ont décidé de réparer le taxi avant demain matin, ils le répareront.

- Courageux, n'est-ce pas?

- Oui, tous sont formidables. Il y a vraiment un « esprit » chez eux. Du calme dans le travail, de la conscience, du dévouement et du courage. Des gars vraiment « au poil ». Et aussi bien ceux de l'active que les réservistes.

- Beaucoup de travail pour eux?

- Il n'en manque pas, oui. Vous savez, en période de guerre, les avions en prennent de bons coups, et pas seulement en combat. Nous avons des terrains souvent déplorables -- à la guerre comme à la guerre, n'est-ce pas! -- et l'entretien est difficile. Pour eux, les mécanos, il n'y a pas d'heure, pas de repos, pas de loisirs. Les avions doivent être prêts à n'importe quel moment du jour et de la nuit, les pleins faits, tout en état.

- Je sais, on m'a dit déjà tout cela.

- Oui, on vous l'a dit, comme on l'a dit au public. Mais le public, j'en suis sûr, ne croit sans doute pas à un tel dévouement, à un tel labeur des mécanos. Tenez, Jean Frelon, que vous voyez là penché sur le moteur, est resté une fois deux jours et une nuit sans prendre un seul instant de repos, travaillant sans relâche, mangeant « sur le tas », pour réparer le train d'un chasseur touché par une balle. Cela lui a semblé tout naturel. A nous, les pilotes, cela a paru magnifique...

Nous retournons vers le Curtiss. Les deux mécanos, toujours attentifs, toujours imperturbables, continuent leur labeur.

Un chien, à leurs pieds, tourne en rond autour du taxi. C'est un bon vieux chien, assez âgé il me semble, un chien sans race qui vient lui aussi de « quelque part en France » et qui a été recueilli par ces garçons au bon cœur. Il marche vers moi, flairant l'inconnu que je suis.

- Reste ici, Pratt, couché!

- Pratt, quel drôle de nom?

- Oui, Pratt, monsieur, et nous avons aussi Whitney. Mais celui-là, c'est un coureur, impossible de le garder ici le soir venu.

L'humour, décidément, règne ici. En entrant, je n'avais pas vu cette grande pancarte qui, sur le fond du hangar, indique en hautes lettres :

« Clinique Aéronautique. Réfections internes, cellulaires et motrices. Soins esthétiques. Suppressions des trous de balles. Prix modérés. Paiements en nature, double ration, cigares, quart de vin. »

Nous laissons les deux hommes à leur travail.

- A quelle heure pensez-vous pouvoir vous coucher? demande Bridioux.

- Dans peu de temps, mon lieutenant. Encore deux ou trois heures et c'est terminé. Demain matin, au petit jour, on fera un point fixe. Seulement, mon lieutenant, il faudrait que vous disiez à la garde de nous réveiller à six heures. Parce que, pas, on dort bien... Mais, soyez tranquille, le capitaine aura son taxi prêt demain matin à sept heures et demie...

Nous repartons vers ma voiture. Bridioux est songeur.

- Oui, me dit-il, ils sont vraiment admirables. Ce que vous avez vu n'est rien. C'est une grande force pour l'aviation française que de posséder de tels mécaniciens. Notre confiance en eux est immense, à nous qui volons sur les appareils qu'ils règlent et qu'ils réparent... Et, jamais, je n'ai entendu sortir de leurs lèvres un mot de lassitude ou de colère. Le travail le plus pénible, le plus énervant, ils le font calmement, sans rien dire, sans « râler ». C'est beau cela, vous savez... Et pourtant ils n'ont pas toujours ici, en campagne et en pleine guerre, tout ce qu'il faudrait. Mais on se débrouille, n'est-ce pas... c'est bien français. Je suis certain que les Allemands, malgré leur méthode, malgré leurs outillages, malgré leur organisation, n'ont pas des appareils mieux entretenus que les nôtres.

Pauvre Bridioux! Comme il doit se tromper...

- Ils ne volent pas ? ai-je dit.

- Peu. Sauf sur les multiplaces. Mais nous n'en possédons pas ici. Simplement font-ils des tours de piste pour les réglages. Ce qui ne les empêche pas d'avoir leurs morts...

Une branche a craqué près de nous. Bridioux poursuit son monologue :

- Oui, deux ici depuis le début de la guerre. Le premier qui a été frappé et décapité par une hélice, le second tué avec son pilote sur un Les Mureaux lors d'une perte de vitesse près du sol au cours d'un essai. Ils sont tombés sur notre terrain et nous sommes arrivés près du mécanicien, mortellement blessé, pour l'entendre murmurer, sans une plainte, sans une pensée à son état : « Faut faire attention au réglage du carburo... Ça vient du volet qui ouvre pas... Y'a un trou... »

Je ne dis rien. Bridioux, remué par toutes ces choses si simples et pourtant si prenantes, reste lui aussi muet.

- Mon vieux, je vais vous quitter. Ma voiture est là. Retournez vite à la popote...

- D'accord. Mais, mon cher ami, si un jour vous faites un papier sur les mécanos -- et, hélas! vos confrères les oublient souvent! -- n'oubliez pas de dire qu'en dehors de leur grande valeur professionnelle ils sont d'un dévouement immense. Et n'oubliez pas, aussi, de dire que les pilotes les aiment et que leur reconnaissance est grande pour ceux qui assurent leur sécurité... Nous avons les honneurs du communiqué, nous avons les citations. Cela n'est pas juste. Eux n'ont rien que la satisfaction du travail bien fait, du devoir bien rempli, que la joie d'entendre les moteurs, « leurs moteurs », qui tournent rond... Ils méritent mieux. Parce que, sans eux, n'est-ce pas, nos taxis seraient plus souvent immobilisés au sol qu'en plein ciel à barrer la route aux ennemis.

- Vous avez de bons mécanos, c'est un fait, mais les avions ?...

- Nous n'en avons pas trop!... Oui, des vieux taxis, il y en a ! Mais le matériel moderne... On ne le voit pas tous les jours.

- Vous exagérez, mon lieutenant... Nous avons tout de même les Morane 406, les Curiss P.36, les Lioré 45, les Potez 63 et les Amiot 370. C'est du bon matériel cela!

- Oui, c'est du bon matériel. Mais on ne déclare pas la guerre à une grande puissance comme l'Allemagne avec deux cents avions modernes... C'est ça, la vérité. Et tous les beaux discours n'y changeront rien!

Bridioux, hélas, avait raison. II y a laissé sa peau, abattu dans son Les Mureaux des temps presque préhistoriques...


Retour Livre Haut Retour Livre


MÀJ : 20 octobre 2023

Suivi des modificationsInformation
Historique des modifications du site

Les dix dernières modifications

Vilgénis  Promotion 1963-1966 - Photo 60e anniversaire
Bibliothèque  Mise à jour liens documents Musée Air France chez BNF Gallica
Vilgénis  Photo promotion 1981-1984
Bibliothèque  Mise à jour liens documents Musée Air France chez Gallica BNF
Vilgénis  Photos promotion 1981-1984 - Merci Éric Blasi
Vilgénis  Promotion 1963-1966 - Photos 59e anniversaire
Vilgénis  Promotion 1972-1975 - 50e anniversaire à Vilgénis
Vilgénis  Documents des anciens du CIV - Entretien des B707-328 d'Air France - Pierre Manigault
Vilgénis  Promotion 1964-1967 - Nouvelles photos. Merci à Bernard Charpentier.
Constellation  F-BHBS à Tokyo - Route du pôle - 1958 - Avec panneau Route du Pôle.


Cliquez pour les voir toutes avec les liens

À propos de ce site

Livre d'orInformation
Visualisation des messages laissés dans mon livre d'or. À l'aide d'un formulaire, vous pourrez, si vous le désirez, écrire un message.

Effectuée par freefind.com

Fichiers WampserverInformation
Dépôt secondaire Wampserver
Tous les fichiers d'installation de Wampserver
Tous les « addons »
- Apache - PHP - MySQL - MariaDB
- PhpMyAdmin
- Adminer
- PhpSysInfo
etc.

MétauxInformation
Métaux et alliages aéronautiques
L'acier et ses alliages,
l'aluminium et ses alliages (Alpax, Duralumin, Duralinox, Zicral,...),
le magnésium et ses alliages,
le titane et ses alliages.
Propriétés physiques et chimiques.
Traitements thermiques et chimiques. Etc.

Documents - FichiersInformation
Lecture de documents ou
Téléchargement de fichiers (pdf), regroupant les différents thèmes de ce site.

FAQ de fraInformation
La FAQ (Foire Aux Questions) du groupe de discussions fr.rec.aviation

ConcordeInformation
Concorde dans la presse entre 1965 et 2003

Plus de 700 documents
- des coupures de presse, la plupart patiemment récupérées et archivées par un agent Air France passionné de Concorde, Pierre Dumez, père d'un de mes anciens collègues,
- des extraits de revues internes Air France (Briefing, France Aviation, Point Fixe,...), avec l'aimable autorisation d'Air France
- un extrait de Lignes Aériennes, avec l'aimable autorisation de Jacques Darolles
- quelques photographies de matériel,
- des documents divers, comme la brochure du Comité de soutien Concorde d'avril 1974, aimablement communiquée par Francis SAINT PIERRE.
On peut y trouver l'historique en trois étapes, le premier vol, les essais au sol et en vol, les moteurs, la philatélie, la publicité technique et commerciale, le tragique accident du F-BTSC, les modifications, le redécollage et l'arrêt des vols.

Forum des Anciens de VilgénisInformation
Accès direct au forum des Anciens du CIV (Centre d'Intruction de Vilgénis) d'Air France.

ContactInformation
Formulaire à remplir pour vous permettre de m'envoyer vos commentaires, critiques et suggestions sur ce site.

© Dominique Ottello
2004 - 2024