Titre Journal Le Parisien  Édition Essonne - vendredi 4 juin 2010 - MASSY

Ils préservent le patrimoine aéronautique

Le Parisien 4 juin 2010

Le Parisien


Massy, hier. Des élèves de l'Institut National du Patrimoine (INP), apprentis conservateurs, recensent toutes les pièces du centre de formation des métiers de l'aérien avant son déménagement dans les Yvelines.

Sur une étagère, sous une couche de poussière, des boulons, des pompes à essence. Dans une salle, en vrac, des manuels et des fiches techniques d'avions. Dans ce capharnaüm, des élèves de l'Institut National du Patrimoine (INP). Ils sont apprentis conservateurs et restaurateurs, spécialisés dans l'archéologie ou l'histoire de l'art au XIXe siècle.

Pourtant, depuis lundi, jusqu'à aujourd'hui, ils apportent leur savoir-faire au centre de formation des métiers de l'aérien de Massy, dont le plateau technique va déménager sur le site de Toussus-le-Noble (Yvelines).

”L'objectif est mettre en place un conservatoire pour les élèves
DANIEL DURANT, DIRECTEUR DE L'INP

« Le centre a été créé en 1946, raconte son directeur Daniel Durant, également responsable de l'Association pour la formation aux métiers de l'aérien, chargée de la sauvegarde des archives. Les pièces se sont entassées. Nous devons prendre conscience de ce patrimoine unique. L'objectif est de mettre en place un conservatoire pour les élèves. » Tous ces objets ont été conservés pour permettre aux futurs mécaniciens de commencer leur apprentissage. « On ne va pas les faire commencer sur les derniers Airbus bourrés d'électronique », explique le directeur.


En attendant, les jeunes de l'INP s'affairent. Dans la réserve principale, il y a des pièces de Boeing 707 et 727. Et parfois, un objet rare, oublié de tous, surgit. « Nous avons retrouvé un radar complet de la Caravelle, se réjouit une conservatrice. Il était éparpillé un peu partout. Dans le fond, c'est un peu de l'archéologie. » Laure et Clémence ont, elles, rangé totalement les archives papier. Deux jours complets ont été nécessaires pour mener à bien cette tâche. « Les avions, ce n'est pas mon domaine », dit en souriant Clémence, spécialisée dans les arts du feu, comme la verrerie. Pourtant, avec un peu de bon sens, elles ont transformé la montagne de papier en une bibliothèque bien rangée. « Il faut prendre conscience de ce patrimoine exceptionnel. Il n'y a pas que les avions qu'il faut conserver. Un verrin, un train d'atterrissage ou un simple boulon font aussi partie de l'histoire de l'aviation. »Le Parisien - Édition Essonne - 4 juin 2010 - Julien HEYLIGEN


Titre Journal Le Parisien  Édition Essonne - 27 mars 2010

Le Parisien 27 mars 2010

Le Parisien


MASSY, HIER Tous les jeunes désirant comme Yoann, 20 ans, devenir - entre autres - mécaniciens chargés de réparer les avions peuvent se rendre aujourd'hui au CFA des métiers de l'aérien qui ouvre ses portes.

Pénétrer dans le hangar du centre de formation des apprentis (CFA) des métiers de l'aérien, à Massy, c'est entrevoir un morceau d'histoire. Des avions mythiques, entiers ou en morceaux, y cohabitent, chouchoutés par les apprentis qui y apprennent leur métier. Aujourd'hui, lors des journées portes ouvertes, c'est l'occasion de saisir son rêve : une vingtaine d'entreprises seront présentes pour montrer leur travail, et les formateurs du CFA pour expliquer les différents diplômes que l'on peut y préparer.

Dans cette école, créée par Air France en 1946 et devenue CFA en 1996, les apprentis peuvent décrocher une dizaine de diplômes tournant autour de l'aéronautique, de la maintenance aux bureaux d'étude. A la sortie de ce qui est le plus ancien et le plus grand centre de maintenance aéronautique de France, 95 % des jeunes trouvent un emploi. « Etre un enfant de la Crevette (NDLR : en référence à l'ancien logo d'Air France, un hippocampe), sur un CV, c'est pas mal », reconnaît Laurent Couppechoux, responsable de la sécurisation du parcours de formation au CFA.


Pourtant, pas besoin d'avoir fait de grandes écoles d'ingénieur pour devenir mécanicien sur un avion ou un hélicoptère. « Les gens croient souvent que c'est réservé à l'élite, mais c'est faux », insiste un professeur - même s'il faut passer un test de sélection et avoir un bon niveau d'anglais. Beaucoup d'élèves sont ainsi issus de BEP électrotechniques, de 1re STI, de bac proélectricité. Une fois sélectionnés, ils sont formés en alternance dans l'un des 85 grands groupes partenaires comme Snecma, Dassault Aviation, EADS, ou Air France, qui financent le CFA et y détachent du personnel pour former les élèves.

« Dans l'aéronautique, les entreprises ont compris l'avantage qu'elles avaient à passer par l'apprentissage. Certaines ne recrutent plus que comme ça », poursuit Laurent Couppechoux. De fait, au CFA, rigueur rime avec excellence : avant de travailler sur les « bijoux »du CFA (l'authentique Caravelle ayant transporté le général de Gaulle, des Lockeed P-33 ayant fait la guerre de Corée...), les apprentis apprennent à construire des morceaux d'avion fictifs, à créer des matériaux composites, à réparer de fausses pannes... Mais, récompense suprême, en échange de ce dur labeur, le CFA a créé un aéroclub. Les élèves qui le souhaitent peuvent ainsi piloter les avions qu'ils ont eux-mêmes réparés !

Aujourd'hui de 10 heures à 17 heures au domaine de Vilgénis à Massy.Le Parisien - Édition Essonne - 27 mars 2010 - Louise COLCOMBET


Titre Journal Le Parisien   Édition Essonne - 13 avril 2006

« On voulait m'orienter vers des métiers sans passion »

ELLE EST JEUNE, ravissante, souriante, parle de son Boeing 747 comme d'un bébé, de la radio-navigation avec conviction et pose devant les réacteurs sans complexe. A 21 ans, Jessica Simoens aurait pu devenir esthéticienne, elle a viré mécanicienne. En CDI chez Air France depuis septembre 2005, la jeune femme aux yeux verts monte et démonte des aéronefs, répare les instruments de bord et évolue dans un milieu d'hommes avec aisance. « Ce qui joue beaucoup, c'est le sourire. Le matin, à la maintenance à Orly, ils trouvent ça très agréable d'entendre une petite voix féminine leur dire bonjour », s'amuse la spécialiste en système avionique de Fontenay-le-Fleury (Yvelines).

Cette place au soleil - de 1 600 à 2 200 par mois et une passion vécue au quotidien -, elle ne l'a pourtant pas trouvée sans mal. Fille d'une cité du XIIIe arrondissement à Paris où ses parents, gardiens d'immeuble, occupent une loge, Jessica n'a pas eu immédiatement toutes les cartes en main pour réussir ses études. Et elle cale en classe de 3e . « Comme beaucoup, on m'a dit que je n'étais pas faite pour le système scolaire. On a voulu m'orienter vers la coiffure, l'esthétique, le secrétariat. Mais ces métiers ne sont pas faisables sans un minimum de passion », raconte-t-elle lors de son témoignage, au musée de l'Air et de l'Espace du Bourget, devant un parterre de femmes au chômage. « C'est pour les encourager, explique-t-elle, et leur montrer que c'est possible d'avoir un niveau bac + 2 en ayant été virée en 4e . »

A condition de s'acharner et de « tomber au bon moment ». L'aviation, la mécanique et l'électricité, c'est son dada. A 15 ans, Jessica décide de percer dans cette voie. Elle furète dans les centres d'orientation, se dirige vers un CAP-BEP électrotechnique, découvre le centre d'instruction d'Air France à Vilgénis (Massy, Essonne) et obtient le bac pro mécanique en système avionique. Parcours sans faute. « J'adore voir l'avion décoller sur la piste et les gens réjouis d'arriver quelques heures plus tard à l'autre bout du monde », s'émerveille-t-elle encore.

Aujourd'hui, la mécanicienne prend les commandes. Elle passe son brevet de pilote privé. Et grâce aux tarifs d'employés de la compagnie, elle découvre l'avion, côté passagers, en sillonnant les continents pendant ses vacances. Les villes d'Europe le temps d'un week-end et l'Amérique latine en long et en large. La mécanique ouvre des horizons insoupçonnés.Le Parisien - 13 avril 2006 - Gaëlle Desgrées du Loû

Titre Journal Le Parisien   Édition Essonne - 20 juillet 2005

Une structure unique en France

MÉCANICIENS, agents d'accueil dans les aéroports, assistants commerciaux... le CFA des métiers de l'aérien, basé à Massy, forme chaque année près de 400 jeunes dans la plupart des domaines touchant à l'aéronautique. En 1996, ce sont d'ailleurs les poids lourds du secteur - Air France en tête - qui se sont associés afin de disposer d'une main-d'oeuvre le plus opérationnelle possible. Résultat : le CFA de Massy, qui possède également un site implanté au Bourget (Seine-Saint-Denis), est la seule structure de l'Hexagone à préparer les élèves du CAP au BTS.

Pour y parvenir, il dispose notamment de plus de 8 000 m² d'installation, au sein des 55 ha du domaine de Vilgénis, comprenant des hangars pour réaliser des travaux en situation réelle. Le CFA possède d'ailleurs ses propres avions dont le Piper 28 utilisé pour le Tour de France aérien.

En moyenne, les diplômés du centre sont à 90 % embauchés à l'issue de leur apprentissage qui se déroule dans plus de 80 entreprises.

Conditions d'entrée : avoir signé un contrat d'apprentissage avec une entreprise d'accueil, avoir entre 16 ans et 26 ans lors de la signature du contrat, avoir la nationalité française ou une autorisation de travail en France. Domaine de Vilgénis, à Massy. Tél. 01.64.47.74.33.Le Parisien- 20 juillet 2005 - N.J.

Titre Journal Le Parisien   Édition Essonne - 2 avril 2005

Portes ouvertes au CFA de Massy

EMBARQUEMENT immédiat pour les métiers de l'aérien. Le centre de formation en alternance (CFA) de Massy fait portes ouvertes aujourd'hui. Cette structure accueille des jeunes de 16 à 26 ans. Une fois diplômés, les 400 apprentis qui sortent chaque année de Massy sont embauchés par les plates-formes aéroportuaires, les ateliers de construction ou de maintenance aéronautiques, les compagnies aériennes ou encore les voyagistes et les tour-opérateurs. La formation est gratuite pour l'apprenti car financée par la région et le département. De 9 h 30 à 17 heures, domaine de Vilgénis à Massy. Infos : 01.64.47.74.33 et Le Parisien - 2 avril 2005

MÀJ : 04 février 2017

Suivi des modificationsInformation
Historique des modifications du site

Les dix dernières modifications

Vilgénis  Décès Jean-Louis Rattier, premier chef de centre.
Constellation  Photo F-BAZH avec « cuffs » sur les pieds de pales
Vilgénis  Mise à jour surnoms promotion 1975-1978 (Merci à Patrick Trésorier)
Crevette  Photo Hippocampe Ailé Savoia S62P en 1922
Vilgénis  Promotion 1949-4952 - Nouvelles photos (31 à 33)
Vilgénis  Au delà des bouchures (Chronique d'une vie) - Pierre Manigault « Mannix »
Vilgénis  Photos promotion 1957-1960 - Février 2015 et 2016
Vilgénis  Promotion 1976-1979 - Film démontage Caravelle F-BHHI
Vilgénis  Promotion 1960-1963 - Nouvelles photos (À partir du n° 64)
Bibliothèque  au-dessus de la France en DC3 avion de légende Gilles Bordes-Pagés et Jacques Lumbroso


Cliquez pour les voir toutes avec les liens

À propos de ce site

Livre d'orInformation
Visualisation des messages laissés dans mon livre d'or. À l'aide d'un formulaire, vous pourrez, si vous le désirez, écrire un message.

Effectuée par freefind.com

Fichiers WampserverInformation
Dépôt secondaire Wampserver
Tous les fichiers d'installation de Wampserver
Tous les « addons »
- Apache - PHP - MySQL
- PhpMyAdmin
- Adminer
- PhpSysInfo
etc.

MétauxInformation
Métaux et alliages aéronautiques
L'acier et ses alliages,
l'aluminium et ses alliages (Alpax, Duralumin, Duralinox, Zicral,...),
le magnésium et ses alliages,
le titane et ses alliages.
Propriétés physiques et chimiques.
Traitements thermiques et chimiques. Etc.

Documents - FichiersInformation
Lecture de documents ou
Téléchargement de fichiers (pdf), regroupant les différents thèmes de ce site.

FAQ de fraInformation
La FAQ (Foire Aux Questions) du groupe de discussions fr.rec.aviation

ConcordeInformation
Concorde dans la presse entre 1965 et 2003

Plus de 700 documents
- des coupures de presse, la plupart patiemment récupérées et archivées par un agent Air France passionné de Concorde, Pierre Dumez, père d'un de mes anciens collègues,
- des extraits de revues internes Air France (Briefing, France Aviation, Point Fixe,...), avec l'aimable autorisation d'Air France
- un extrait de Lignes Aériennes, avec l'aimable autorisation de Jacques Darolles
- quelques photographies de matériel,
- des documents divers, comme la brochure du Comité de soutien Concorde d'avril 1974, aimablement communiquée par Francis SAINT PIERRE.
On peut y trouver l'historique en trois étapes, le premier vol, les essais au sol et en vol, les moteurs, la philatélie, la publicité technique et commerciale, le tragique accident du F-BTSC, les modifications, le redécollage et l'arrêt des vols.

Forum des Anciens de VilgénisInformation
Accès direct au forum des Anciens du CIV (Centre d'Intruction de Vilgénis) d'Air France.

ContactInformation
Formulaire à remplir pour vous permettre de m'envoyer vos commentaires, critiques et suggestions sur ce site.

Je suis Paris