Jérôme Bonaparte

Le plus jeune des frères de Napoléon 1er, né à Ajaccio le 15 novembre 1784, était âgé de huit ans, lorsque sa famille se réfugia en France pour échapper à la proscription dont Paoli frappait tous les notables habitants de la Corse qui s'étaient prononcés contre le parti anglais.

Il venait à peine d'achever ses études au collège de Juilly, lorsque, après le 18 brumaire, Napoléon le fit entrer comme simple soldat dans les chasseurs à cheval de la garde consulaire. À la suite d'une campagne à l'île d'Elbe, qui plus tard devait servir de prison à son illustre frère, il fut nommé, le 29 novembre 1800, aspirant de seconde classe à bord du vaisseau l'Indivisible, sur lequel il prit part à la capture du Swiftsure dans la Méditerranée.

Le 5 février 1802, il assista à la prise de Port-au-Prince en qualité d'aspirant de première classe. Nommé un mois après enseigne de vaisseau, il fut chargé d'une mission auprès du premier consul par Villaret-Joyeuse, et ne rejoignit la flotte qu'à l'automne de 1802. Commandant alors le brick l'Épervier avec le grade de lieutenant de vaisseau, Jérôme, après avoir relevé les atterrissements de Sainte-Lucie, la Guadeloupe, la Martinique et la Dominique, conformément aux instructions do son frère, voyant que le chemin direct vers la France lui était fermé par les croisières anglaises, tenta le retour par les États-unis, et réussit à aborder le 20 août à Norfolk, l'un des ports de la Virginie. Il visita Washington et Boston, où il recueillit de nombreux témoignages de sympathie, et fut reçu par le président des États-Unis, Jefferson. C'est alors qu'une vive passion lui fit braver tous les obstacles pour épouser miss Elisa Paterson, fille d'un riche négociant de Baltimore ; le mariage eut lieu le 24 décembre 1803, et Bonaparte résida aux États-Unis jusqu'en 1805. Napoléon refusa de reconnaître ce mariage, accompli malgré les réclamations de M. Pichon, consul de France ; Madame mère protesta à son tour par acte notarié, et un décret impérial du 2 mars 1805 interdit à tous les officiers de l'état civil de recevoir sur leurs registres la transcription de l'acte de célébration de ce mariage contracté par un mineur en pays étranger, sans le consentement des parents et sans publication dans le lieu du domicile de l'époux. Un nouveau décret du 2l du même mois déclara cette union nulle et les enfants qui en sortiraient illégitimes. Aussi lorsque, après la mort du prince Jérôme en 1860, Jérôme Bonaparte, issu de son mariage avec Mlle Paterson, réclama sa légitimation et une partie de la succession paternelle, fut-il débouté de sa demande par le conseil de famille impérial, le tribunal de première instance de la Seine et la Cour impériale de Paris qui maintinrent la nullité du mariage. Elle lut confirmée par une sentence de l'officialité métropolitaine de Paris, le 8 octobre 1806.

Le 8 avril 1805 entrait en rade à Lisbonne le navire qui ramenait en France les deux époux. Jérôme se dirigea vers Turin, et de là sur Alexandrie, où le 6 mai, il eut une entrevue avec son frère, qui le courba sous sa puissante volonté. Pendant ce temps, Mlle Paterson, amenée à Amsterdam, et se voyant interdire la permission de débarquer, se décidait à gagner l'Angleterre, où elle accoucha un mois après d'un fils inscrit sous le nom de Jérôme Bonaparte.

Après son départ, l'empereur ne garda pas rancune à son frère, et le 18 mai 1805, quoique simple lieutenant de vaisseau, Jérôme, reçut le commandement d'une escadre composée de la Pomone, des bricks le Cyclope et l'Endymion, et de deux frégates de quarante-quatre canons, l'Uranie et l'Incorruptible.

Après avoir croisé quelques jours devant Gênes, Jérôme, par sa fermeté et ses menaces, força le dey d'Alger à rendre à la liberté plus de deux cents prisonniers français et génois, qu'il ramena à Gênes en passant habilement au milieu des croisières anglaises. La récompense de cet exploit fut le grade de capitaine de vaisseau et le commandement en second de huit vaisseaux de ligne sous les ordres de l'amiral Willaumez, chargé de ravitailler nos ports des Antilles. Si l'élévation de sa position paraissait en désaccord avec sa jeunesse, du moins Jérôme justifia-t-il ce que son avancement présentait d'irrégulier. Il se montra toujours plutôt au-dessus qu'au niveau de sa fortune. L'escadre de l'amiral Willaumez fut dispersée par une tempête horrible et son commandant en chef chercha un refuge dans les ports des États-unis.

Seul, Jérôme, avec le Vétéran, tint la mer et se vengea de ne pouvoir rallier l'escadre en s'emparant d'un immense convoi de navires marchands anglais, après avoir, à une faible distance d'une escadre anglaise, coulé deux frégates qui servaient d'escorte à ce convoi et pris à son bord leur équipage. Sur les côtes de Bretagne, Jérôme se vit barrer la route par une croisière anglaise, dont il essuya le feu, et à travers laquelle il réussit à passer, au milieu des récifs, pour entrer dans le petit port de Concarneau, où aucun gros vaisseau n'avait encore osé s'engager. De là le jeune vainqueur partit immédiatement pour la capitale, ou l'empereur l'accueillit à bras ouverts et le nomma contre-amiral par décret du 9 novembre 1806, puis le fit passer dans l'armée de terre avec le grade de général de brigade. Jérôme avait alors vingt-deux ans ! Un sénatus-consulte le déclara le même mois prince français et l'appela éventuellement a la succession au trône. Le soir même, il partait prendre le commandement d'un corps de 15 000 Bavarois et de 8 000 Wurtembergeois. L'empereur, sur ses prières réitérées, lui donna l'ordre de rejoindre avec sa cavalerie légère le quartier général, où il arriva au moment où Napoléon venait de gagner la bataille d'Iéna. Le 5 novembre, il concentra les trois divisions allemandes en un corps distinct appelé l'armée des alliés et fixa son quartier général à Crossen, d'où il devait marcher sur la Silésie, tandis que l'empereur s'avancerait en Pologne contre les Russes. Le 1er décembre, il fit capituler, après vingt jours de siège, la ville de Gross-Glogau, où 3 500 hommes, 200 bouches à feu et des magasins remplis d'armes, de munitions et de vivres tombèrent en son pouvoir. Breslau se rendit un mois après, le 5 janvier 1807, le jour même où l'empereur décidait que les troupes de Bavière et de Wurtemberg formeraient le neuvième corps de la grande armée. Schweidnitz ouvrit ses portes le 7 février ; Neiss capitula le 3l mai ; Glatz, après un combat meurtrier livré le 26 juin, où le vainqueur s'empara d'un parc de 700 pièces d'artillerie. La Silésie était conquise en même temps que la bataille de Friedland mettait fin à la guerre entre la France et la Prusse.

Jérôme, promu au grade de général de division, le 14 mars 1807, reçut une couronne en récompense de ses services. Par le traité de Tilsitt, en date du 7 juillet 1806, il fut proclamé souverain de Westphalie, royaume formé de l'électorat de Hesse Cassel, le duché de Brunswick, une partie du Hanovre, les principautés d'Halberstadt, Magdeburg et Verden, Paderborn, Minden et Osnabrück, cédés à la France par le roi de Prusse.

Le roi Frédéric de Wurtemberg, guidé par l'intérêt, avait sollicité l'union du nouveau roi avec sa fille Catherine, née le 21 février 1783. Jérôme épousa le 22 août 1807, à Paris, la princesse de Wurtemberg, qui, pendant six années, charma la cour de Cassel par son amabilité, ses qualités solides et son dévouement à son mari. Le roi de Westphalie se consacra au bonheur de ses peuples, appela à la direction des affaires des hommes éminents par le caractère et le talent, établit l'université de Halle supprimée dans la dernière campagne, divisa son royaume en huit départements, fit disparaître les derniers vestiges de la féodalité, émancipa les juifs, adopta le Code Napoléon, établit la liberté des cultes et la conscription, régularisa la magistrature, favorisa l'instruction publique, introduisit dans son royaume les premiers éléments du gouvernement représentatif en confiant aux états de Westphalie le soin de discuter les lois élaborées par le conseil d'État ; en un mot, modela son gouvernement sur le système impérial. Malgré toutes ces améliorations, lors de la guerre contre l'Autriche en 1809, Jérôme eut à réprimer une insurrection partielle, qu'il apaisa surtout par la douceur, puis il se dirigea contre la Saxe à la tête de 20 000 hommes et entra à Dresde le 1er juillet, Le 25 décembre de la même année, il institua l'ordre de la couronne de Westphalie, qu'il gratifia plus tard des biens confisqués aux chevaliers de Malte. Chargé par Napoléon du commandement de l'aile droite de l'armée qui allait franchir le Niémen, forte de 90 000 hommes, Jérôme passa le fleuve à Grodno le 30 juin, pour empêcher la jonction du prince de Bagration, commandant la gauche des Russes, avec le centre des ennemis, et l'écraser de concert avec le prince de Schwartzenberg à la tête de Autrichiens. Les lenteurs de ce dernier empêchèrent la réussite de ce plan, et Bagration put nouer des communications avec la ligne principale des opérations. L'empereur, sans chercher d'où venait la faute, enleva à son frère son commandement pour le confier au prince d'Eckmühl, et Jérôme, froissé, rentra immédiatement dans ses États. Néanmoins, à la nouvelle du désastre de Moscou, il n'hésita pas à mettre de nouvelles troupes à la disposition de son frère eu répondant à la coalition, qui lui proposait d'abandonner l'empereur pour conserver ses États : « Prince français, mes premiers devoirs sont pour la France, et, roi par ses victoires, je ne saurais l'être après ses désastres. Lorsque le tronc est à bas, il faut que les branches meurent... ». Sur cette belle parole, il quitta ses États le 26 octobre 1813 et repassa le Rhin, mais ne prit point part à la campagne de France et à la capitulation de Paris.

Après l'abdication de Napoléon, il voyagea en Suisse, puis se rendit à Trieste, où il apprit le retour de l'île d'Elbe. S'échapper sur une frégate napolitaine et rejoindre l'empereur fut un projet aussitôt exécuté que conçu, et, après avoir assisté à l'assemblée du champ de mai comme membre de la Chambre des pairs, il partit le 5 juin se mettre a la tête d'une division d'infanterie dans le deuxième corps. Ce fut lui qui ouvrit la campagne de 1815 en refoulant les Prussiens sur Marchiennes, qu'il enleva à la baïonnette, et en s'emparant de Charleroi, dont il passa le pont au pas de charge, sous une pluie de mitraille, comme avait fait son frère à Arcole. Le lendemain, 16 juin, il n'abandonna pas le champ de bataille du moulin des Quatre-Bras, malgré une blessure à l'aine. Deux jours après, à Waterloo, il forma l'extrémité de la gauche de la première ligne de l'armée et engagea l'action contre la droite des Anglais. Le soir, il rejoignit l'empereur, qui cherchait la mort au milieu de la vieille garde, et lui dit : « C'est ici que doit périr tout ce qui porte, le nom de Napoléon. - Mon frère, répondit l'empereur, je vous ai connu trop tard. ».

C'est à lui qu'en partant Napoléon confia le commandement de l'armée, dont il ne remit qu'à Laon, au maréchal Soult les débris, qu'il était parvenu à rassembler : 25 000 hommes d'infanterie, 8 000 hommes de cavalerie et 2 batteries. Il se rendit ensuite à Paris, où le roi de Wurtemberg, son beau-père, lui proposa par lettre une retraite honorable dans ses États. Confiant en sa parole, Jérôme, victime de la plus insigne déloyauté, fut arrêté à la frontière, menacé d'être séparé de sa femme et de son enfant et livré à la Prusse, à moins de s'engager par écrit à ne pas dépasser, ni lui ni les gens de sa maison, certaines limites qu'on lui assignait dans le Wurtemberg, et à abandonner la gestion de ses biens. Après avoir signé, pour ainsi dire de force, il se rendit à Goppingen, où, en le réunissant à sa femme, on lui annonça qu'il était prisonnier. Il ne put même obtenir d'envoyer M. Abbatucci réclamer à un banquier dé Paris 1 200 000 francs, que ce mandataire infidèle refusa de restituer sous prétexte que les réclamations d'un prisonnier n'avaient pas de valeur, mettant ainsi sa mauvaise foi sous le couvert de la loi. De Goppingen, Jérôme et sa femme furent transférés au château d'Ellwangen, d'où ils demandèrent et obtinrent l'autorisation de sortir du Wurtemberg. Il reçut à Augsbourg des lettres patentes, datées de juillet 1816, par lesquelles son beau-père le créait de son chef prince de Montfort, lettres qu'il renvoya au prince royal son beau-frère avec une protestation éloquente.

La nouvelle de la mort de son beau-père lui parvint au château de Haimbourg, près de Vienne, où habitait la reine Caroline, sa sœur ; le roi de Wurtemberg ne laissait à sa fille que 150 000 fr. de la dot de la mère à répéter. Jérôme, appelé à Triéste par une maladie de son fils, en octobre 1819, épuisa ses dernières ressources et ne se releva un peu qu'en novembre 1820, lorsqu'il obtint du tribunal de la Seine un jugement contre le banquier auquel il avait confié 1 200 000 fr. Il put, en 1823, se fixer à Rome, qu'il ne quitta qu'en 1831, pour s'établir à Florence, puis à Lausanne, où il eut la douleur de perdre sa femme, la princesse Catherine, emportée par une hydropisie de poitrine, cette épouse dévouée, qui par sa fidélité aux malheurs de son époux a, disait Napoléon 1er, inscrit de ses propres mains son nom dans l'histoire. Jérôme, à la suite de conventions avec le roi Louis-Philippe pour être réintégré dans ses droits de citoyen français, fut autorisé en 1847 à habiter provisoirement Paris avec son second fils. La révolution de 1848 mit fin à l'exil de la famille Bonaparte. Rentré alors dans ses droits de Français et d'officier général en activité, il fut le 23 décembre 1848 nommé gouverneur des Invalides et maréchal de France le 1er janvier 1850. Le 28 janvier il fut choisi pour présider le Sénat, et prononça le 4 novembre un discours très remarquable en ouvrant la délibération sur le message relatif au rétablissement de l'empire.

Réintégré quelques jours après dans Ses droits de prince français, il résigna ses fonctions et fut déclaré, ainsi que son fils Napoléon, apte à succéder à l'empereur, pourvu d'une maison militaire, d'une liste civile, doté des résidences de Meudon et du Palais Royal, et appelé plusieurs fois à présider le conseil des ministres en l'absence de l'empereur Napoléon III. Attaqué une première fois, le 13 décembre d'une inflammation pulmonaire,il fut atteint plus sérieusement en 1860 et succomba le 24 juin en son château de Villegenis.

Ses funérailles eurent lieu le 3 juillet, et il fut inhumé dans l'église des Invalides, où M. cœur, évêque de Troie, prononça son oraison funèbre.

L'histoire impartiale ne saurait guère adresser qu'un reproche au prince Jérôme : c'est un peu de légèreté et beaucoup de prodigalité, ce qui souvent lui attira des remontrances de l'empereur, qui l'accusait de compromettre la dignité royale. C'est le seul des frères de Napoléon qui n'eut jamais, excepté dans sa jeunesse au sujet de son mariage, aucune difficulté avec lui, lui resta toujours fidèle et se sacrifia sans attendre qu'il le lui eût ordonné. Doué d'une bravoure qu'il poussait jusqu'à la témérité, il soutint dignement le nom de Bonaparte.

Jérôme eut de son mariage avec miss Elisabeth Paterson un fils, Jérôme Bonaparte, né le 7 juillet 1805, à Camberwell, comté de Surrey, qui épousa le 9 mai 1829 miss Suzanne Gay avec laquelle il résida à Baltimore. De son union avec la princesse Catherine de Wurtemberg sont issus : Jérôme Napoléon Charles, prince de Montfort, né le 24 août 1814, colonel du huitième de ligne dans le Wurtemberg, qui donna sa démission en 1840 et mourut à Florence le 12 mai 1847 ; la princesse Mathilde Laetitia Wilhelmine, née à Trieste le 27 mai 1820, mariée le 1er novembre 1840 au comte russe Anatole Demidoff, avec lequel elle est séparée de corps et de biens depuis 1845 ; Napoléon Joseph Charles Paul, né à Trieste le 9 septembre 1822, qui a épousé le 30 janvier 1859 la princesse Marie-Clotilde, fille du roi d'Italie Victor-Emmanuel, dans la chapelle du palais royal à Turin. Deux enfants sont issus de cette union.

Grand Dictionnaire Universel du XIXe Siècle de Pierre Larousse

MÀJ : 23 septembre 2021

Suivi des modificationsInformation
Historique des modifications du site

Les dix dernières modifications

Vilgénis  Remise des prix juin 1975 - Promos 74-77 & 73-76
Constellation  Zero Reader - Instrumentation
Vilgénis  Photo chambrée 58-61 en 1961
Vilgénis  Daniel Dantz (48-51) et Jean Cadorel (49-52) Armée de l'Air - France Aviation Mai 1956
Vilgénis  Intrado Juillet-Août 1985 - Remise des prix 28 juin 1985
Vilgénis  Promotion 1952-1955 - Mise à jour des noms sur photo.
Vilgénis  Revue Aviation Française 3 mars 1948.
Vilgénis  Père-Cent promotion 1966-1969
Vilgénis  Week-end à Vilgénis en 1948-51 (René Félix Usclade)
Constellation  Nouvelles photos F-BHBN et F-BHBS - Merci à René Usclade


Cliquez pour les voir toutes avec les liens

À propos de ce site

Livre d'orInformation
Visualisation des messages laissés dans mon livre d'or. À l'aide d'un formulaire, vous pourrez, si vous le désirez, écrire un message.

Effectuée par freefind.com

Fichiers WampserverInformation
Dépôt secondaire Wampserver
Tous les fichiers d'installation de Wampserver
Tous les « addons »
- Apache - PHP - MySQL - MariaDB
- PhpMyAdmin
- Adminer
- PhpSysInfo
etc.

MétauxInformation
Métaux et alliages aéronautiques
L'acier et ses alliages,
l'aluminium et ses alliages (Alpax, Duralumin, Duralinox, Zicral,...),
le magnésium et ses alliages,
le titane et ses alliages.
Propriétés physiques et chimiques.
Traitements thermiques et chimiques. Etc.

Documents - FichiersInformation
Lecture de documents ou
Téléchargement de fichiers (pdf), regroupant les différents thèmes de ce site.

FAQ de fraInformation
La FAQ (Foire Aux Questions) du groupe de discussions fr.rec.aviation

ConcordeInformation
Concorde dans la presse entre 1965 et 2003

Plus de 700 documents
- des coupures de presse, la plupart patiemment récupérées et archivées par un agent Air France passionné de Concorde, Pierre Dumez, père d'un de mes anciens collègues,
- des extraits de revues internes Air France (Briefing, France Aviation, Point Fixe,...), avec l'aimable autorisation d'Air France
- un extrait de Lignes Aériennes, avec l'aimable autorisation de Jacques Darolles
- quelques photographies de matériel,
- des documents divers, comme la brochure du Comité de soutien Concorde d'avril 1974, aimablement communiquée par Francis SAINT PIERRE.
On peut y trouver l'historique en trois étapes, le premier vol, les essais au sol et en vol, les moteurs, la philatélie, la publicité technique et commerciale, le tragique accident du F-BTSC, les modifications, le redécollage et l'arrêt des vols.

Forum des Anciens de VilgénisInformation
Accès direct au forum des Anciens du CIV (Centre d'Intruction de Vilgénis) d'Air France.

ContactInformation
Formulaire à remplir pour vous permettre de m'envoyer vos commentaires, critiques et suggestions sur ce site.

Je suis Paris

© Dominique Ottello
2004 - 2021